En vol

En vol

lundi 17 septembre 2012

MYOPE, ET HEUREUSE DE L'ÊTRE




Comme certains d’entre vous j’ai regardé, un peu, les Jeux Olympiques cet été. Je ne suis pas fan de sport, mais ce rendez-vous là est captivant. Et puis, ensuite il a eu les Jeux Paralympiques, dont j’ai pu observer la popularité à Londres, et, à la télé j’ai été soufflée, en particulier, par les performances des coureurs sur lames d’acier… Mais ce qui m’a le plus impressionnée, c’est de les entendre affirmer haut et fort leur bonheur, et de les voir prouver à tous que le pire peut se transformer en meilleur.


Nous avons tous besoin de cette leçon de vie.
D’ailleurs, je m’applique à l’appliquer chaque jour, grâce à ma myopie.
Elle n’est pas très méchante, juste suffisante pour entourer le monde extérieur de flou. C’est sûr, quand je conduis, il vaut mieux que je chausse mes lunettes. Mais à la maison, je les pose sur une étagère, ou sur un meuble (ce qui me vaut le plaisir de les chercher dix fois par jour) et je vis bien ainsi, à peine à tâtons, dans mon univers familier.
Toutefois, cela donne parfois lieu à des situations un peu cocasses. Comme la fois où je me suis émerveillée devant de jolies petites lumières orange qui clignotaient sur la colline en face de chez moi. « On dirait des guirlandes ! » dis-je en engageant ma fille à venir les admirer.
Pour l’entendre s'esclaffer : « Maman ne va pas bien, elle prend la benne des poubelles pour un arbre de Noël ! »

Une autre fois, soucieuse de l’empêcher de faire chauffer dans le four à micro-ondes une compote placée dans une coupelle en verre (« Elle risque de se casser ! »), je me suis précipitée sur le placard à vaisselle. Pas de bol. Enfin, plus de bols dedans, maintenant car, dans ma hâte maladroite, j’ai fait tomber la pile entière sur le sol. Parfait, de toutes façons, je voulais les changer ! Et comme je ne trouvais pas mes lunettes assez vite, qui donc s’y est collée pour ramasser les morceaux ? On ne rit pas, cela s’appelle des bénéfices cachés.
(C’est sûr,  les bols me poursuivent, voir ici.)

Sûrement que le ciel a ôté les ordures de ma vue, en me dotant de verres rosés qui rendent le spectacle de la vie bien plus satisfaisant que ne l’est la réalité.
Alors, pour moi, pas question de laser, ni même de lentilles. Je m’accroche à ma myopie, et tant pis pour les petits accrocs du quotidien, car mon léger handicap me permet de changer de look et de montures de temps à autre, mais aussi, et surtout, de raconter des histoires aussi floues que ma vue.





Image des lunettes prise sur ce site. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire