En vol

En vol

jeudi 29 mars 2012

« QUAND LA LITTÉRATURE NIÇOISE TRAVERSE L’OCÉAN »




C’est le titre choisi par la journaliste de Nice-Matin, Alice Rousselot, qui est venue « couvrir » ma rencontre de la semaine dernière au Lycée d’Estienne d’Orves avec les élèves de Falmouth Academy, et je dois dire qu’elle a fait là un très bel article, à la mesure de son attention ce jour-là. J’ai beaucoup aimé sa façon à la fois discrète et présente de participer à cet événement si important pour tous ceux qui étaient impliqués. Franchement, si la jeune garde journalistique est à son image, je vais cesser de me faire du souci pour la presse écrite ! Rien à voir avec les vautours dont j’ai parlé à propos de George Clooney. Je plaisante à peine, et lui pardonne volontiers d’avoir oublié l’orthographe un peu inhabituelle de mon prénom d’auteur, car elle a bien mis l’accent sur le fait que cet échange sert à faire rayonner Nice outre-Atlantique, et sur le rôle fondamental que tiennent l’écriture et la lecture dans les relations humaines internationales.
Et je suis aussi très flattée d’être définie comme faisant partie de la « littérature niçoise », vu que dans la même édition une page est consacrée aux manuscrits de Louis Nucéra, et un autre article au grand écrivain qu’est Colette Guedj, pour son intervention à la Médiathèque de Saint Jean Cap Ferrat dans le cadre du printemps des poètes. Belle semaine.


 Sur la photo, les élèves américains et leurs professeurs, Dr Deborah Bradley et Benjamin Parsons. 

GEORGE CLOONEY, GAY? AVANT TOUT "A MENSCH"




Cette manie qu’ont les media de relayer n’importe quelle rumeur, surtout quand une star est impliquée, me porte sur les nerfs, ou, comme le diraient souvent mes personnages méridionaux, « il me prend le coquin de sort » à les lire ou à les entendre.

vendredi 23 mars 2012

"LES RECETTES" VOYAGENT EN SUISSE



À rajouter à l'agenda : Lecture sera faite d'un chapitre de ce recueil sur les ondes prestigieuses de RADIO SUISSE ROMANDE le lundi 26 mars, de 21h à 22h. À vos ordis !

mercredi 21 mars 2012

WORTH CAMPBELL JR – PASSEUR D’AMITIÉ ET DE TOLÉRANCE


 
Voilà. Encore une semaine endeuillée. J’avais envie de faire un blanc sur ce blog, au regard des tragédies de Montauban et de Toulouse, mais j’ai décidé que les signes de tolérance et d’amitié devaient prévaloir. C’est la raison pour laquelle je vous raconte encore une belle histoire, tressée d’un de ces miracles du « hasard » que j’aime tant. Jugez-en.

dimanche 18 mars 2012

LE LANGAGE DE LA PASSION !




Entendu au café du commerce, ou ce qui lui ressemble le plus dans ma vie, à savoir le petit bus que je prends régulièrement, un soir vers 17h 30.
Une lycéenne rentre à la maison. Elle est assise à côté d’une copine, et elles bavardent sans se soucier de qui les entendra. Toutes les deux ont des boucles d’oreille démesurées (que l’on nomme je crois, des créoles), et arborent un décolleté intéressant, qui prouve que leurs poumons sont en très bonne santé.
En revanche, la première souffre atrocement du coeur. Elle s’en ouvre à sa copine.
« Je le kiffe trop, dès que je le vois,  j’ai trop chaud de partout ! Tu sais ce que ça fait quand on a l’impression d’avoir la figure qui crame ? Je veux lui dire des trucs, mais je peux même pas. C’est pire qu’en cours de maths, tu vois ce que je veux dire, je flippe grave ! »

L’autre ne dit rien. Elle acquiesce, tout en tapotant sur son portable.
La première continue son monologue :
« J’ai aucune chance, il les choppe toutes les unes après les autres, et pas que les plus moches, hein ? En plus, il n’est même pas, style, je reste cinq jours avec la même. Non, il les emballe et il les jette. Il a même fait le coup à la meuf du prof’ de salsa. Remarque, je me dis, s’il faut, il est pas comme ça, au fond. Au final, c’est peut-être juste qu’il ose pas dire ce qu’il ressent, tu vois ce que je veux dire. S’il faut, il est juste trop fier. Tu crois que j’ai mes chances, même si je suis plus vieille que lui ? 

Alors, je me suis dit que le monde ne changeait guère. Seul le style est différent, et, qui sait, si en cours de français on recommençait à faire découvrir Racine aux jeunes gens, ils comprendraient peut-être que tout est affaire d’emballage (sic) et que ce qui les rebute tant à la première lecture pourrait bien mettre des mots sur leur détresse, sur leur passion ; leur donner des clefs pour se comprendre, eux et les autres, et, tout simplement, les aider à vivre.

Et à vous, est-ce que ceci vous parle ?

Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ; 

Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue ; 

Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler ; 

Je sentis tout mon corps et transir et brûler.
(Phèdre, acte I, scène 3)

*****

Oui, Prince, je languis, je brûle pour Thésée.
Je l'aime, non point tel que l'ont vu les enfers, 

Volage adorateur de mille objets divers,
Qui va du Dieu des morts déshonorer la couche ; 

Mais fidèle, mais fier, et même un peu farouche,
Charmant, jeune, traînant tous les coeurs après soi, 

Tel qu'on dépeint nos Dieux, ou tel que je vous vois.
(Phèdre, acte II, scène 5)


jeudi 15 mars 2012

HORIZONS de JACQUES LEFEBVRE-LINETZKY = TOUS EMBARQUÉS




À moins que tous les copains qui sont venus au vernissage ne soient de francs hypocrites (je modère mon langage), de sacrés dissimulateurs, ou des adeptes du cirage de pompes, j’ai l’impression que les Horizons de J.L+L ont fait l’unanimité.

jeudi 8 mars 2012

« CATHIE FIDLER PRESENTS » ;-)




Que de bonnes choses à annoncer encore !

AGENDA :

Tout d’abord, lundi 12 mars, débute un échange de qualité rare : Celui qui se passe entre le Lycée d’Estienne d’Orves à Nice, où j’ai eu la chance et le plaisir d’enseigner pendant 30 ans, et Falmouth Academy, à Falmouth, Massachusetts, USA. 

Cet échange entre lycéens a son origine dans le désir d’un ami pasteur épiscopalien, WORTHINGTON CAMPBELL, en poste à Nice dans les années 60, grand voyageur, passeur d’amour et d’amitié, de relier ses deux villes d’adoption. L’idée étant justement de passer outre les différences, en apprenant à connaître l’autre. Il fut un des fondateurs de Falmouth Academy, un repère sûr et chaleureux pour moi-même et notre famille, et il est celui qui m’encouragea à entreprendre cette aventure exceptionnelle.
Pour quelques informations en anglais sur cet homme remarquable de tolérance et d’ouverture, voir ici.

J’ai eu le privilège, et l’honneur, d’être, avec mon collègue Michel Borla, et le Dr Deborah Bradley côté Falmouth, à l’origine de cet échange dès avril 2004. Il se poursuit harmonieusement, et ce lundi 12 mars aura lieu au Lycée d’Estienne d’Orves le pot d’accueil des jeunes Américains arrivés la veille de Boston. Merci à tous les professeurs et à l’administration des deux établissements, qui permettent à celle belle aventure de perdurer. Long live the exchange !

Pour rappel, le mardi 13 mars, l’exposition HORIZONS, de Jacques Lefebvre-Linetzky, à la maison du judaïsme Elie Wiesel de Nice. Voir ou revoir ici sur ce blog même.

Ensuite, j’annonce une petite réunion informelle dans le cadre de la Coopération féminine du FSJU de Nice. Il s’agit d’un dîner littéraire (PAF : 20 €) auquel je suis conviée à parler de mes livres, et à les présenter. La coopération féminine est une association caritative, donc les bénéfices sont reversés à ceux qui sont dans le besoin. Je suis heureuse de participer à cette action, qui aura lieu à Nice, le 19 mars prochain. Me contacter pour plus de renseignements, si vous souhaitez y assister, en laissant une adresse e-mail en commentaire.


Le samedi 31 mars, j'aurai le grand plaisir de faire prendre un bol d'air littéraire au REFUGE DES GENS, en le présentant pour la toute première fois en librairie. Ce sera à Nice, à la librairie Jean Jaurès, 2 rue Centrale, de 15 heures à 18 heures 30. La librairie a fait peau neuve, elle est superbe et l'accueil y est vraiment agréable - et je vous y attendrai ! 

Le 14 avril je signerai mes livres à la librairie EXPRESSION, à Châteauneuf de Grasse. C’est un samedi. L’endroit est charmant, ainsi que vous le découvrirez en cliquant sur son nom. Je vous en reparlerai ultérieurement, car il vaut le détour.

Le 12 mai je serai à Apt :
 Il s’y passe des journées du livre, organisées par l’Association « Le Goût de Lire ».

Si vous ne connaissez pas le coin, c’est le moment de le découvrir, et le Luberon environnant. J’y serai, en compagnie de Christine Baron ma « collègue du jet d’encre » ainsi que nous nomme un autre écrivain ami Bernard Guiraud. Découvrez son site. 



Et pour bien commencer l’été, je serai le dimanche 3 juin au Salon CUISINE ET LITTÉRATURE, à La Colle sur Loup, pour y présenter – naturellement – mes Recettes à la vie, à l’amour. Je parie sur la compagnie de grands chefs et la présence d’amuse-bouche de qualité. Cliquez, vraiment, le site est superbe. 


Tout un programme, n’est-ce-pas ? À bientôt, ici même, pour en savoir davantage sur d’autres petites rencontres littéraires ou artistiques.





lundi 5 mars 2012

LE REFUGE DES GENS




C’est le titre que j’ai choisi pour ce petit recueil de 15 nouvelles dont vous découvrirez tous les détails ICI.


Pourquoi écrire des nouvelles, ce genre si peu apprécié en France ? Pas par paresse, contrairement à ce que l’on pourrait croire, mais parce que ce format permet de capturer rapidement une émotion, un état d’âme, une situation – et de rendre en quelques pages le concentré de sensations et d’humour que tout cela évoque.

jeudi 1 mars 2012

MY ARTIST, JACQUES LEFEBVRE-LINETZKY : GO, GO, GO !




 Si mes livres attirent l’œil avant même qu’on les retourne pour en lire la quatrième de couverture, c’est grâce à son talent. On dit en anglais qu’il ne faut pas juger un livre par sa couverture, (en français, que l’habit ne fait pas le moine !) – mais là, je me demande parfois si le contenu que j’y ai inséré est à la hauteur de la merveilleuse image qui est donnée à celui qui va le feuilleter. Souvent, dans les salons du livre, une conversation est amorcée autour d’un de mes livres grâce à son illustration, et le résultat probant. Et, en confidence, je vous dirai que la prochaine couverture est à la hauteur de ce qu’il a déjà concocté. Regardez un peu :