En deuil

En deuil

lundi 5 décembre 2016

EMPREINTES EMPRUNTÉES




Nous marchons, et laissons notre trace sur le sable de l’univers.

Une empreinte, fugace ou pérenne, une griffure,
Voilà ce qui reste de nous, ici ou là.


La griffe d'Eugène Fidler sur un
pied de lampe

Certaines sont plus marquées que d’autres.
Certaines ont le sceau du talent.
D’autres se ramassent à la pelle, et se jettent à la mer.
D’autres encore ont été marquées à leur corps défendant.
Telle celle-ci. 



Les artistes de la terre créent la leur.
Ils en impriment la marque sur la glaise, l’émaillent, puis la cuisent. 
Telles celles-ci.

 





Empreintes du céramiste 
EUGÈNE FIDLER



Lisse, le travail de l’homme manque de fantaisie.
L’empreinte sans pleins ni déliés, même peaufinée, n'est que digitale.

Toutes sont belles, surtout quand le hasard y met sa patte...


...ou si le souvenir d’un animal aimé perdure par la grâce de la pâte à sel.


Et que dire de ce volatile atterré qui, peut-être, y laissa quelques plumes ?
Le ciment a été prompt à en capturer la beauté.



Ce sont là les petites joies urbaines que, le nez sur le pavé, on découvre pas à pas.  

À vous de les chercher, maintenant !








lundi 28 novembre 2016

CONFÉRENCE SUR EUGÈNE FIDLER À LA BMVR DE NICE



C'est avec plaisir et émotion que j'annonce cette rencontre qui aura lieu le 7 décembre 2016 dans l'auditorium de la Médiathèque LOUIS NUCÉRA, à Nice, à 17h. 

Plaisir, car je connais bien ce lieu, où je suis déjà intervenue plusieurs fois, grâce à l'équipe accueillante de cette remarquable bibliothèque. Le lieu est confortable, bien équipé, et de quoi peut rêver un auteur, sinon de parler de livres dans un endroit où ceux-ci sont rois ? Et à deux pas du musée d'art moderne, en plus ? 

Émotion, car cette fois-ci je ne parlerai pas de fiction, ni d'histoire (quoique...) mais d'un personnage bien réel, d'un artiste du 20ème siècle, qui se trouve avoir été mon père, EUGÈNE FIDLER (1910-1990), peintre et céramiste, et que cette démarche n'est pas moins anodine que d'avoir écrit un livre à son sujet !


Photographie d'Eugène Fidler, 
prise par son ami le photographe
©LUCIEN CLERGUE

Cette conférence sera abondamment illustrée. Le livre lui-même l'est mais, bien entendu, il y a quantité d'autres documents à montrer pour cerner au mieux la vie et le travail de cet artiste. 

Je m'attacherai en particulier à montrer quelles furent les influences diverses qui ont façonné son œuvre, et qui l'ont rendue si originale, si différente, si polymorphe. 


Le poète Daniel Schmitt

Nous aurons également le plaisir de la présence de Daniel Schmitt, l'un des fidèles amis d'Eugène Fidler, qui nous en donnera une illustration poétique. 

SAVE THE DATE 

Tous les détails sont sur l'affiche, alors notez-les sur vos e-tablettes (papier accepté) et nous serons ravis de vous retrouver nombreux le mercredi 7 décembre à 17h. 






Si vous souhaitez acquérir un exemplaire de ce livre, merci de m'en avertir en commentaire ou en message privé. 





mardi 15 novembre 2016

L’HISTOIRE DE L’AMOUR, de Radu Mihaileanu : au delà du cliché.



 

Tout d'abord, il faut comprendre ce titre comme une célébration de toutes les formes d’amour, pas seulement de celle qui unit un jeune homme (Leo Gursky) à une jeune femme (Alma Mereminski) lorsque tous deux vivaient encore en Pologne, avant que les nazis ne tuent tous les leurs. La belle Alma – « la femme la plus aimée au monde » – semble, du reste, avoir eu du mal à choisir entre trois prétendants, et pourtant, c’est à Leo qu’elle s’est donnée…


Cette bluette n’est que le point de départ d’un film qui s’ouvre sur un cliché, celui du cœur gravé dans un tronc d’arbre, en signe d’amour éternel. Cette passion, de fait, vivra à jamais dans le cœur de Leo – même lorsque, bien des années plus tard, les deux jeunes gens se retrouveront à New-York, hélas condamnés à demeurer séparés par la vie. Auparavant, Leo, talentueux écrivain en herbe, avait envoyé à Alma lettre après lettre, chacune contenant un chapitre d’un roman intitulé, précisément, L’histoire de l’amour. N’y manquait que le dernier…
Voilà le propos de ce film romanesque, tourbillonnant, bien dans la facture du Concert, le précédent long métrage de Radu Mihaileanu.

lundi 31 octobre 2016

LESS IS MORE ? PAUVRES PIGEONS.


Pigeons domestiques vulgaires, 
du groupe dit "pigeons voyageurs"
Source : wikipedia

Ceux qui voyagent par avion connaissent bien la chanson que nous roucoulent les compagnies "low cost" pour nous attirer, nous-autres pigeons, à nous envoler avec elles. Les prix cassés sont assortis d’offres de location de voiture, d’hôtels bien placés, et de tout un assortiment du même acabit. Ce que la pub ne nous dit pas d’emblée, mais que nous avons appris à découvrir, c’est ce qu’il faut rajouter au prix de base afin de pouvoir : emporter ne serait-ce qu’une valise normale ; réserver un siège qui donne le droit d’être assise à côté de son compagnon de voyage ; manger ou boire quelque chose (de très mauvais) ; embarquer plus vite – et ceux qui ont un jour fait l’expérience de l’attente dans une file énorme à l’aéroport de Gatwick comprendront que c’est là chose désirable – ; quitter dans les premiers ce siège si peu confortable ; utiliser une carte bancaire bien définie, pas une autre ; et pourquoi pas, utiliser les toilettes à bord…

dimanche 23 octobre 2016

PAS MIEUX AVANT, MAIS PAS TOUJOURS PIRE NON PLUS.



Non, je ne reprends pas ici un billet antérieur sous une forme différente. Quoique…

C’est l’actualité, comme souvent, qui me fait réagir, et notamment celle qui touche à mon domaine de prédilection, à mon centre d’intérêt primordial – j’ai nommé celui de l’écriture.
Et ma réaction a été vive, instantanée, à l’annonce du lauréat du Prix Nobel de littérature 2016. J’ai éclaté de rire, en me demandant si les membres de cet illustre jury subissaient à leur tour les effets des substances consommées par leur chouchou, et si la nostalgie de leur chevelure fleurie (pour ne pas dire leur barbe) les avait embués au point qu'ils en aient oublié ce que représente la notion de littérature, en tout cas pour le monde cultivé qui la respecte. Mais non, ils avaient fait preuve du plus grand sérieux en couronnant de couronnes suédoises un barde rebelle du vingtième siècle.

lundi 3 octobre 2016

"EUGÈNE FIDLER - Terres mêlées", à MOUANS-SARTOUX

COMME ANNONCÉ,
 ET EN VOILÀ L'AFFICHE :




Cette année vous ne me trouverez pas dans la section A du Festival où se trouvent toutes les vedettes ! Il vous faudra explorer la zone B, comme "Beaux Livres" - mais je suis persuadée que vous ne regretterez pas cette incursion-là.



Je serai heureuse de rencontrer lors de ce nouveau Festival de Mouans-Sartoux tous ceux qui s'intéressent à la fiction, aux regards sur le quotidien, aux nouvelles, à l'art, aux tours et détours de la biographie et qui, en général, sont avides de découvertes atypiques. 

À bientôt donc ! 

NB : J'y serai en priorité le vendredi et le dimanche. Le samedi est encore en suspens, donc suspense !

~~~~~~

Parce que le retour de certains lecteurs est exceptionnel, je poste celui-ci à nouveau, sans la moindre modestie, mais avec une infinie gratitude envers l'amie universitaire qui l'a posté en deux langues sur le premier billet relatif à TERRES MÊLÉES. 


"J'ai adoré ton hommage à ton père. C'est sans aucun doute le texte le plus abouti et le plus exigeant que tu aies jamais écrit. Je ne parviens même pas à comprendre comment tu y es parvenue. C'est un exercice d'équilibriste, quasiment impossible à réaliser. Et un travail d'amour, de reconnaissance, et de profonde perception, pas seulement de la vie, mais aussi de l'œuvre d'Eugène Fidler. Cathie, je ne dis pas cela en tant qu'amie. Ce livre est un chef d'œuvre.

I so loved your tribute to your father. This ought to be one of the finest and most difficult pieces of writing you ever produced. I can’t even begin to comprehend how you’ve achieved this. An almost impossible balancing act. And a labor of love, grace, and deep insights – not just into the life but into the oeuvre of Eugène Fidler. Cathie I am not saying this as your friend. This book is a masterpiece."




mardi 20 septembre 2016

MOÏSE RAHMANI, PASSEUR DE BONTÉ.


 
Moïse Rahmani, 
photo prise au Salon du livre de la WIZO
en octobre 2012, à Marseille
© Cathie Fidler


La communauté juive sépharade est en deuil, et en particulier celle dont les origines les rattachent à Rhodes. Leur représentant le plus emblématique vient de les quitter. Nous tous qui l'avons côtoyé, que nous soyons sépharades, ashkénazes, ou simplement humains, sommes également infiniment tristes, car Moïse était l’homme le plus ouvert, le plus généreux, et le plus modeste que notre époque ait connu. Je ne ferai pas ici le récit de sa vie, je n’oserais pas être sa biographe. Non, je me contenterai de rendre hommage à celui qui a passé de longues années à rechercher et à faire connaître le sort de sa communauté d’origine, permettant ainsi aux plus néophytes – dont je suis – de prendre la mesure de la richesse de cet univers judéo-espagnol, de ce que furent sa langue, sa culture, ses traditions qui firent de cette île « un miracle de parfums de roses, de cannelle, de miel » – sans oublier son histoire, hélas si tragique, puisque 90% des Juifs de Rhodes ne revinrent pas des camps de la mort…

Ses livres sur le sujet : Rhodes, un pan de notre mémoire, et Sefarad, Sefarad ; une esquisse* sont, et resteront, les incontournables de toute bibliothèque qui se respecte. 



"L'ouvrage de Moïse Rahmani sur l'histoire juive de Rhodes 
est passionnant à plus d'un titre. 
Il évoque sa fidélité, sa richesse autant que sa souffrance. 
Le lecteur qui s'intéresse au destin admirable 
du Judaïsme sépharade 
y trouvera ample matière à réflexion". 
Elie Wiesel.

Mais Moïse Rahmani a également compilé dans un recueil délicieux un bon nombre de blagues juives regroupées par thèmes, intitulé « Tu choisiras le rire... », preuve que l’homme n’était pas enclin à se complaire dans la tristesse et la mélancolie, bien au contraire.


Moïse avait à cœur de partager, et de valoriser les autres. Je ne saurais écrire ce billet sans revenir sur notre merveilleuse rencontre. Celle-ci se produisit suite à ma première publication, Histoires floues, qu’il avait lue et recensée sur le site magistral qu’il avait créé pour mettre en valeur la revue sépharade qu’il avait fondée, « Los Muestros », et l’Institut Sépharade Européen de Bruxelles, où il vivait.

Nous avons ensuite communiqué par email, puis nous nous sommes rencontrés à Nice où il venait souvent, et c’est encore grâce à Moïse Rahmani que j’ai pu participer au salon annuel du livre de la WIZO, à Marseille, et même, une fois, au Salon du livre juif de Paris.

Moïse était un passeur. Pas seulement d’idées, ou de connaissance, mais un passeur de bonté. Il avait à cœur d’aider, de soutenir, d’encourager ceux et celles qui avaient l’heur de croiser son chemin. Homme pieux, et respectueux des rites, il ne jugeait pas ceux qui l’étaient moins. Il était en sympathie avec les autres, avec ceux qui étaient dans la peine, ou dans la douleur, et il savait trouver les mots pour l’exprimer. Il les enrichissait par sa présence, car ainsi que le dit la sagesse de sa culture : « El quen tien amigos es rico » – « Celui qui a des amis a la richesse ».

Alors aujourd’hui, je me doute que nous sommes très, très nombreux à éprouver de la peine à cause de son départ, et à nous associer au chagrin de sa famille. Mais je sais aussi que Moïse restera dans nos cœurs, et que nous tenterons de suivre son exemple, en cheminant, chacun à sa façon, sur le chemin de bonté qu’il a tracé, et que nous avons eu le privilège de suivre avec lui, un temps.

May he rest in peace. 

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ 



BIBLIOGRAPHIE NON EXHAUSTIVE :


RHODES, UN PAN DE NOTRE MÉMOIRE
Éditions Romillat, Paris, 2000

SHALOM BWANA, LA SAGESSE DES JUIFS DU CONGO
Éditions Romillat, Paris, 2002

LES JUIFS DU SOLEIL, PORTRAITS DE SÉPHARADES DE BELGIQUE
Filipson Éditions, Bruxelles, 2002

L'EXODE OUBLIÉ, JUIFS DES PAYS ARABES
Éditions Raphaël, Paris 2003

RÉFUGIÉS JUIFS DES PAYS ARABES, L'EXODE OUBLIÉ
Réédition. Éditions Luc Pire, Bruxelles, 2006 

LA RÉPONSE DE NOA
Éditions de l'Institut Séfarade Européen, Bruxelles, 2003

SÉPHARADE 2004, UN ÉTAT DES LIEUX
Éditions N.L.A, Asnières 2004

SOUS LE JOUG DU CROISSANT, JUIFS EN TERRE D'ISLAM
Éditions de l'Institut Sépharade Européen, Bruxelles, 2005

LETTRE À UN FRÈRE
Éditions de l'Institut Sépharade Européen, Bruxelles, 2007

JUIFS DU CONGO, LA CONFIANCE ET L'ESPOIR
Éditions de l'Institut Sépharade Européen, Bruxelles, 2007

TU CHOISIRAS LE RIRE
Éditions Pascal, Paris 2008
 & 
LE 11ème COMMANDEMENT (réédition) 
Éditions de l'Institut Sépharade Européen, Bruxelles, 2010

JUIFS EN TERRE D'ISLAM, UNE MINORITÉ OPPRIMÉE
Éditions de l'Institut Sépharade Européen, Bruxelles, 2010

* SEFARAD, SEFARAD, UNE ESQUISSE 
Livre bilingue français-judéo-espagnol
Éditions de l'Institut Sépharade Européen, Bruxelles, 2014