En vol

En vol
Image de la superbe chaise de l'artiste SAB

samedi 16 mars 2019

L'ANGLETERRE, UN PAYS RÊVÉ.

Le temps passe, la mémoire reste.


Ce que je vais décrire aujourd'hui prouve que je ne suis pas un perdreau de l'année, ni même une perdrix de l'an dernier. 

Je vais partager ici quelques souvenirs d'une Angleterre qui n'existe plus que dans les livres d'images... ou dans le souvenir de ceux et celles qui l'ont connue dans les années 50-60. 

Pour y aller on prenait le plus souvent un ferry (que certains appelaient un ferry-boîte), après un trajet en train depuis la gare Saint-Lazare, à Paris. On embarquait à Calais, ou à Dieppe. Calais-Douvres (Dover) était plus court que Dieppe-Newhaven, et limitait donc les risques de mal de mer. Je m'aperçus maintes fois que la Manche peut être aussi redoutable, même en été, que la Méditerranée au large de Cannes ! 
Le bateau lui-même était tout de même plus impressionnant que le "bateau des îles" qui faisait la navette entre Cannes et Saint-Honorat (ou Sainte-Marguerite). 


mercredi 6 mars 2019

CRIQUET OU CRIQUETTE ?

Dans la série «  Ne craignons pas le ridicule », je vous convie à criquer, pardon, à cliquer directement sur ce lien, et à prendre quelques secondes pour écouter ce morceau jusqu’à son joli refrain. 

C'est fait ?
Bravo. Joli, non ;-) ?

Venons-en au fait, qui est, une fois de plus, la présence incongrue d'un bel insecte sur ma terrasse. 
Cela fait quelque temps que je le vois émerger du caisson ajouré qui protège le moteur de la clim', sur le coup des deux heures, au moment où le soleil d'hiver est le plus chaud. 

Pris sur le vif !

Il sort lentement, regarde le monde de ses beaux yeux oblongues, et ne prend pas ombrage de ma présence toute proche tandis que je le photographie. 

C'est bien un criquet, je l'ai vérifié, à l'aide de wikipédia, bien sûr, après l'avoir traité de sauterelle pendant quelques jours. Un criquet doré, comme celui ci-dessus. Son nom propre est caelifera. Ce n'est pas non plus un grillon, bien plus rond et foncé, et surtout plus bruyant ! La preuve : 

Grillon (gryllus campestrus)

Sauterelle aux longues antennes

La même source me rappelle que ces bestioles-là sont capables du pire lorsqu'en meutes (?) elle s'abattent sur des récoltes à venir. Je devrais le savoir, elles font partie des plaies d'Egypte dont je persiste à oublier le nombre, mécréante ignare que je suis ! La mienne (le mien ? En plus j'ignore si c'est une fille ou un garçon, est-ce un criquet ou une criquette  ?)  est plutôt du genre "solitaire", et ne semble pas avoir encore dévasté toute seule la moindre feuille de mes précieuses plantations de géraniums et d'hibiscus. Est-elle vraiment phytophage ?

Je l'observe avec patience et intérêt. J'admire ses courtes antennes, ses longues élytres, ses puissantes pattes repliées (au nombre de six !) et la jolie tache  orangée située au niveau de son thorax. 

Au bout d'un moment, Caelifera disparaît dans sa maison d'adoption. Pour revenir le lendemain se dorer au soleil : la couleur ambrée de son corps en est la preuve non-scientifique.


Pour l'instant, je ne lui ai pas donné de surnom. La disparition d'Hortense, mon araignée, m'a appris qu'il valait mieux ne pas s'attacher à ces bêtes-là. Avouons que sangloter en public sur un insecte (considéré comme comestible de surcroît – quelle horreur !) frise le ridicule. 

J'assume, et n'en meurs toujours pas. 
La beauté de la nature me console une fois de plus de la laideur ambiante. 
Pas vous ? 







lundi 18 février 2019

LE SOURIRE DES ORCHIDÉES



On va sûrement me penser cinglée, dingo, bonne à enfermer, après avoir lu cette phrase : "Mes orchidées me sourient le matin". 



"Peu m'en chaut", ou "Je n'en ai cure", comme l'aurait dit M. le Professeur de littérature américaine Jean Normand, qui fut mon maître à l'Université de Nice quand celle-ci ne s'appelait pas encore Sophia-Antipolis. Il avait de ces phrases-là, que je ne peux oublier, et j'imagine ce qu'il aurait dit de la situation actuelle. 

mardi 5 février 2019

MOI AUSSI J'AI VÉCU, de et par Hélios Azoulay



Plus connu pour ses recherches sur la musique composée dans les camps, compilée dans le livre  (accompagné d'un CD) dont la couverture figure ci-dessous, c’est à un drôle de spectacle théâtral que nous a conviés, seul en scène, Hélios Azoulay. 


Si vous ne connaissez pas ce clarinettiste au génie si original, vous pourrez peut-être un jour découvrir une autre facette de son talent, celui d’écrivain et de comédien. "MOI AUSSI J'AI VÉCU" est le texte qu'il a mis en scène rien que pour nous Niçois, et c'était même une première : quelle chance nous avons eue !

Adapté de sa nouvelle du même nom, ce one-man show nous a été présenté à Nice récemment, dans la salle du Vieux Nice dite "La Providence", bien nommée en l’occurrence. Par un soir de pluie glacée, nous nous sommes (hélas) retrouvés peu nombreux à le voir, mais tant pis pour les absents, ils ont eu tort, une fois encore. 

lundi 21 janvier 2019

RÉGALONS-NOUS EN CUISINE, ENTRE PARIS ET TEL AVIV !


 

Nombreux sont les livres de cuisine pour lesquels je craque rien qu’en regardant leur couverture. Je les achète sur un coup de tête, pour ensuite me rendre compte qu’ils ne contiennent rien que je sois capable de réaliser moi-même, n'étant pas sortie de l’école hôtelière. Ou alors, ils ne correspondent ni à mes goûts, ni à ma culture profonde. 
Ce n’est pas le cas de l'ouvrage dont je vais vous parler aujourd'hui, d'autant qu'il m'a été offert par un ami cher ! 

Ce PARIS-TEL AVIV, À LA RENCONTRE DE LA CUISINE ISRAÉLIENNE, concocté par Chloë Saada, est un concentré de goûts, mais aussi de cultures et de style. 



Chloë Saada est sur le site MY Cuisine,
auquel j'ai emprunté cette photo


Son concept : rendre compte de la rencontre de l'auteure avec 30 chefs (français et/ou israéliens), qui lui ont généreusement confié des recettes fabuleuses, et très faciles à réaliser, pour la plupart. 

Fabuleuses, comme dans fabula, à savoir une histoire racontée. En effet, chacune des recettes confiées par ces magiciens des fourneaux a du sens, dans le monde qui est le nôtre aujourd’hui. Toutes correspondent à des valeurs essentielles : celles de la fusion des cultures et de l’ouverture à l’autre. Aussi variées que nos désirs d’exploration et de dépaysement, elles montrent aussi comment conserver l’âme des produits (simples et authentiques) de ces deux pays, la France et Israël. 

Quand vous aurez, par exemple, essayé la recette des choux-fleurs grillés d’Eyal Shani, vous ne direz plus jamais que vous n’aimez pas ce légume. Ce n’est là qu’un exemple parmi les dizaines que comporte ce livre. Aubergines, betteraves, choux y sont enfin honorés. Salades, tartares, hors d’œuvres traditionnels revisités, plats uniques, pâtisseries de nos grand-mères : tout y est pour régaler nos yeux, titiller nos papilles et élargir nos horizons. Ce livre nous aide à les réaliser chez nous, pour régaler nos proches et prouver à nos amis que la paix peut aussi se faire autour d'une assiette. 

Chaque chef (homme ou femme, car ce livre est tout sauf sexiste) est présenté en ouverture du chapitre consacré à ses recettes et ce portrait à lui seul nous met en appétit. De magnifiques photographies en pleine page ponctuent ensuite le livre avec pertinence. Elles mettent l’accent sur ces tendances si particulières à notre époque que l’on retrouve dans notre environnement domestique comme dans nos assiettes – celles de l’ouverture aux autres, de la curiosité, de l’esthétique, le tout sans le moindre chichi. 

Eh oui ! Du style, toujours du style et encore du style avec, aux fourneaux, de l’imagination et de la simplicité, au service du goût.  Existe-t-il rien de meilleur ? 

On l’aura compris, il s’agit là d’un livre à acheter et à offrir sans la moindre modération !


~~~~~~~


PARIS-TEL AVIV : À LA RENCONTRE DE LA CUISINE ISRAÉLIENNE
Par Chloë Saada
Photographies et stylisme culinaire : Studio 14 / Stéphane Bahic 
Hachette Cuisine, Collection Beaux Livres de cuisine
288 pages 
35 € 
Disponible ICI





La magnifique 4ème de couverture 
de ce livre exceptionnel !

~ ~ ~ ~ ~ ~ 


En prime, je recommande vivement aux descendants anglophones de Juifs allemands (le livre est en anglais) mais à tous les autres gourmands aussi, la lecture de ce billet que j'ai rédigé pour Jewpop sur autre livre de cuisine exceptionnel : 


THE GERMAN-JEWISH COOKBOOK  

Bon, d'accord, vous n'y trouverez pas de recette de galettes des Rois, mais pour cela, contactez-moi directement !





mercredi 9 janvier 2019

EUGÈNE FIDLER : ÉVÉNEMENT À VENIR


J'AI LE PLAISIR DE VOUS ANNONCER LA CONFÉRENCE À DEUX VOIX QUI AURA LIEU DANS LE CADRE DE L'ASSOCIATION VU PAS VU, À LA MAISON DES ASSOCIATIONS, PLACE GARIBALDI, À NICE, CE 31 JANVIER 2019, de 18:30 à 20:00.

EUGÈNE FIDLER, 
ENTRE TERRE ET CIEL

À DEUX VOIX : LA MIENNE, POUR LA PARTIE BIOGRAPHIQUE ET PERSONNELLE, ET CELLE DE JACQUES LEFEBVRE-LINETZKY POUR CE QUI CONCERNE L'ANALYSE ESTHÉTIQUE DE SES ŒUVRES. 

CETTE CONFÉRENCE SERA, BIEN ENTENDU, ABONDAMMENT ILLUSTRÉE. 

POUR TOUTES LES AUTRES INFOS PRATIQUES, CONSULTEZ ICI LE SITE DE L'ASSOCIATION "VU PAS VU". 

AU PLAISIR DE VOUS Y (RE)VOIR ? 



mardi 1 janvier 2019

MES VŒUX POUR 2019

Janvier 2018

Même au bord de cette merveilleuse Méditerranée, 2018 a été une année difficile pour nombre d'entre nous. Mais ne le sont-elles pas toutes, au fond, à un moment ou à un autre ?

Et si on oubliait les horreurs que l'on a vues, et les insanités que l'on a entendues, pour se concentrer sur ce que l'on souhaiterait voir arriver en 2019 ?

En ce qui me concerne, et avant de vous adresser, amis et amies de Gratitude, mes vœux les plus chaleureux en images, je vais vous faire part de mes propres souhaits :