En vol

En vol
Image de la superbe chaise de l'artiste SAB

dimanche 1 janvier 2023

IL N'Y A PLUS DE PROBLÈME

Chères lectrices et chers lecteurs de ce blog si inégalement alimenté depuis quelques mois, je suis heureuse de revenir ici vous souhaiter une année pleine de douceur – si toutefois vous parvenez à faire abstraction du monde brutal qui nous entoure... 

Alors, pour vous faire sourire un peu, je vous informe qu'il n'y a, de nos jours, plus aucun problème. Pas de problèmes d'énergie, de diplomatie, de conflits de tous ordres, rien de tout cela n'existe plus. 

Il n'y a plus que des "PROBLÉMATIQUES" ! 

Or, si vous cherchez un peu (contrairement à la plupart des journalistes, hormis ceux et celles de la presse écrite), vous verrez que le terme en question est tout d'abord un adjectif, qui "renvoie à quelque chose dont l'issue, la réalisation, l'action, la réalité est douteuse, aléatoire, incertaine : le résultat est problématique". Il a pour synonymes "aléatoire, douteux". On (les media, en particulier)  en a fait un substantif, qui se moque bien de sa définition originelle "un ensemble de questions qui s'applique à un domaine particulier".  Ce, notamment, en philosophie. 

Nous sommes donc loin de l'utilisation présente, récurrente, obsédante de ce terme, qui s'est substitué au bon vieux PROBLÈME. Je me demande si les élèves des sections scientifiques ont à présent à résoudre des problématiques de mathématiques, de sciences physiques et, si oui, à l'aide de quels outils langagiers ?

 

Gribouillis empruntés ici


Tout ça pour dire que, grâce à cette manipulation du français, nous, les auditeurs un peu simplets (je parle pour moi, ne vous vexez donc pas si vite !) sommes amenés à considérer que les énormes "problèmes" auxquels le monde est à présent confronté n'en sont plus : ils ne sont que des issues aléatoires, des obstacles douteux, des nœuds de questionnements qui ne disent plus leur nom, et dont la possible résolution ou expression sont la propriété exclusive de cerveaux au réseau méningé bien plus tortueux que le nôtre (NB. Que le mien !). 

Plus de PROBLÈME, alors ? 

Chouette, la vie est belle ! 

2023 s'annonce alors comme une rivière fluide, sans aucun méandre asséché, qui produira de l'énergie à gogo, de l'eau potable, l'éradication de tous les virus (y compris informatiques) et des nuages qui ne seront porteurs que de bonheur serein...

En tous cas, et AU FINAL (sic) c'est là le mal que je vous souhaite, ainsi que de continuer à rire, à sourire, à lire, à échanger, et à vous embrasser, sans la moindre ... problématique en matière de contagion, parce qu'IL FAUT SAVOIR (hé hé hé !) qu'EN FAIT, on est SUR une année impaire, donc très POSITIVE – ce dernier postulat, est de mon invention : pourquoi la presse aurait-elle le droit de lancer n'importe quoi,  et pas moi ? J'DIS ÇA, J' DIS RIEN... 

 



DU COUP, je poste cette photo de l'une des entrées d'immeubles niçois que je photographie avec passion. Aucun rapport avec ce qui précède ? Peut-être, mais c'est beau, non ? 

Je sais que vous me répondrez  juste : "CARRÉMENT".


PS. Ne prenez pas mal mes propos relatifs aux journalistes, je ne suis pas raciste, la preuve : ma meilleure amie travaille pour Le Quotidien du Sud* qui MET justement LE FOCUS sur ce genre de... trucs. 


* * * * * * *


(*Même pas vrai.)





vendredi 7 octobre 2022

Le GÖTHEBORG : Il était un grand navire !

MAGNIFIQUE ! Le Götheborg III est magnifique, et sa présence dans le port de Nice a été un cadeau très appréciable !




Ce trois mâts suédois, fabriqué en bois, est une réplique du navire original qui, lui, fut construit en 1738. Cette copie conforme (mise à part sa technologie actuelle de navigation) est spectaculaire. C'est le plus grand voilier en bois au monde : il mesure 74 m de long. Écologique, puisque mû par les vents, il n'utilise le gasoil que lorsque c'est absolument nécessaire. Il devra lui en falloir un peu, tout de même, pour rallier Shanghaï, l'an prochain...



Nous avons été un certain nombre à monter à bord lors de son escale niçoise. Nous avons donc pu en admirer l'intérieur, et avoir le privilège d'échanger avec son équipage international et bilingue, au moins. 

De jeunes volontaires ont répondu très gentiment, et en détail, à toutes les questions des visiteurs. Nous avons été surpris d'apprendre que ces marins bénévoles étaient affecté(e)s à tous les postes, qu'il s'agisse de grimper en haut des mâts.... 





 ... de tenir la barre (il faut être deux pour cela, tant elle est lourde à manoeuvrer)... 


... de réparer des voiles avec dextérité...



... d'enrouler des cordages...





... ou de tirer des coups de canon en entrant et en sortant d'un port. On a en entendu 10 à Nice, 8 à Monaco, mais je ne saurais vous dire pourquoi. 


Rassurez-vous, 
il n'utilise pas de vraie poudre à canon,
juste quelque chose qui fait du bruit !



J'avoue cependant ne pas avoir été tentée par ses hamacs, j'ai déjà eu assez de mal à descendre, par une redoutable échelle, vers ce... dortoir ? 



Je vous invite aussi à lire ici les témoignages émanant des "matelots" (filles et garçons) qui travaillent à bord, leur passion est contagieuse. Le seul endroit où ces volontaires ne sont pas affectés, c'est la cuisine, qui requiert sans doute des aptitudes différentes, et moins acrobatiques ! 

Cliquez maintenant ici pour admirer l'entrée du navire dans le port de Nice, puis (sur la video qui suit) sa sortie, accompagnée de coups de canon tout aussi surprenants !  

Quant à moi, j'ai eu la chance de suivre cette sortie du port de Nice depuis Saint-Jean-Cap-Ferrat, par un temps de rêve. Voir le Götheborg naviguer ainsi, escorté au début par un pilote minuscule, entendre gronder et voir fumer les canons signifiant ses adieux, tout cela a été une expérience radieuse, unique, dont je garderai le souvenir coloré pendant longtemps. 


Le voilà en route vers Monaco

En ces temps si tourmentés, incertains, anxiogènes, avouez qu'un tel spectacle, même vu sur un écran, ne peut être que source d'un instant de sérénité. C'est donc avec grand plaisir que je l'ai partagé avec vous aujourd'hui. 


* * * * * * 

 
Merci à Jacques Lefebvre-Linetzky à qui j'ai emprunté les plus belles des photos ci-dessus.  

Pour plus de détails techniques sur ce beau navire, vous pouvez aussi suivre ce lien


* * * * * *


BONUS : J'ai incidemment appris que les souverains suédois ont fait voyager à bord du navire, un cadeau (royal, forcément) à l'intention du Prince de Monaco. Il s'agit d'un éléphant, m'a-t-on dit... Ah bon ? 
Et voilà que, surprise, en arrivant sur le quai niçois où était amarré le Götheborg, 
j'ai surpris cet attelage : 


Eh ben, voilà un présent bien ficelé. Mais j'avoue que moi, royal ou pas, il ne m'a pas emballée plus que ça, le pachyderme en question !



 

vendredi 11 mars 2022

GRATITUDE ENVERS LES ACCUEILLANTS


Image empruntée sur ce site


L'époque est rude, violente, angoissante. La guerre qui sévit si près de notre pays réveille, pour les plus âgés d'entre nous, et même pour leurs enfants, des souvenirs ou des expériences traumatisantes que l'on pensait enfouis à jamais. 

Les bombes qui tombent sur les maisons, les écoles, les hôpitaux, les victimes civiles, les petits enfants qui fuient en tenant la main de leur maman – les pères étant occupés à résister à l'ennemi –, tout cela est insupportable, comme c'est le cas, il faut le dire, de tous les conflits armés des dernières décennies. 

Cependant, nous notons avec émotion l'accueil spontané et généreux de villages français (sans parler bien entendu de celui des pays limitrophes de l'Ukraine) dont les habitants se mobilisent pour loger, nourrir, aider les réfugiés. Ils partagent leurs maisons, donnent des vêtements, aident les enfants à aller à l'école. Ils ne se contentent pas de trouver des appartements vides à leur prêter, non : cela serait trop difficile à vivre pour ces Ukrainiens, dans un pays dont ils ne connaissent ni la langue, ni les usages. Ces Français préfèrent prendre en charge les réfugiés déboussolés, en leur tenant la main, minute après minute. C'est le cas dans plusieurs régions de France, et c'est magnifique de voir cela se produire. On peut lire sur ce site l'ampleur des mesures prises par notre pays à ce sujet, et ici comment aider financièrement à l'accueil des réfugiés. 

C'est là que je prends conscience des progrès que le monde a fait (nonobstant la persistance de comportements guerriers, hélas universels) en matière de solidarité. 

Les habitants d'Ukraine fuient leur pays pour ne pas mourir. À la fin des années 30, et juste après la terrible Nuit de Cristal – qui a vu périr des centaines de Juifs, femmes, enfants et vieillards, tandis que des milliers d'hommes étaient emprisonnés dans des camps tel que l'infâme Dachau, tout près de la riante ville bavaroise de Munich –, qui s'est ému du sort de ces victimes ? Quel pays a accepté de les accueillir, de les héberger, pour les protéger d'un dictateur, lui-même si semblable à celui qui bombarde aujourd'hui l'Ukraine ? À part l'Angleterre, qui organisa le Kindertransport et sauva ainsi 10 000 enfants suite à un élan mémorable de solidarité, quel ville ou village français a proposé d'héberger les Juifs allemands et autrichiens ? Quelques-uns, heureusement, me direz-vous, aujourd'hui honorés comme faisant partie du réseau des Villes et Villages des Justes de France. Mais ceux-là ont réagi pendant l'Occupation allemande de notre pays. Avant, au moment où seul l'exode pouvait sauver des familles, il ne se passa pas grand-chose. Pire, la conférence d'Évian, en 1938, déboucha sur un niet collectif à cet égard. Seule la petite république dominicaine accepta de recevoir cent mille réfugiés... contre rétribution. 

Et aussi Shanghai, en Chine, où un bon nombre de Juifs allemands et autrichiens purent se réfugier dans un ghetto sordide. Je l'ai évoqué, assez longuement, dans mon roman "La Retricoteuse", grâce au témoignage que m'avait donné à ce sujet une de mes cousines américaines qui y avait passé sept années... 

Aujourd'hui, le monde connaît l'essentiel de ce qui s'est passé pendant la période nazie, et l'existence des camps d'extermination. Toutefois, un nombre important de nos contemporains ignorent encore ce qui se passa en Ukraine, à Babi Yar, en 1942, sans que quiconque s'en offusque, ou en soit même informé. Un silence qui a perduré trop longtemps, et qui a été brisé grâce, notamment, au travail du Père Desbois. Il a nommé cette série de massacres "La Shoah par balles". 

Je vous laisse le soin d'en lire le récit ici. Ou même de regarder ceci en images, sur YouTube, c'est très clair. NB : il aura tout de même fallu attendre 80 ans avant qu'un mémorial y soit érigé... 

Vous me direz, quelle est ici la place de la gratitude ? 


Image empruntée sur le site de l'Express


Cette carte répond pour moi à cette question : les noms qui y figurent, tellement familiers à mes oreilles, sont pour nombre d'entre eux associés aux lieux de naissance ou de vie  de mes aïeux. Ceux-ci ont eu le flair de s'en échapper, il y a bien plus d'un siècle. Je les en remercie chaque jour, à voix haute, depuis longtemps. 

Je suis également pleine de gratitude envers notre monde actuel, où les moyens de communication sont d'une efficacité redoutable, où nous sommes informés en direct de tout ce qui se passe à des milliers de kilomètres de chez nous, où notre compassion peut être suivie d'effets en un clic, grâce au miracle de la technologie, inventée et développée par nos frères et soeurs, les humains. 

Savoir et pouvoir utiliser internet, disposer d'un téléphone portable, voilà qui rend la vie (un peu, à peine) plus supportable pour les familles écartelées par cette guerre. 

Que les réseaux dits sociaux, pourtant tellement vilipendés, se mobilisent afin de nourrir, vêtir, éduquer des enfants, c'est remarquable, et admirable. Que la solidarité se manifeste avec autant de célérité, est tout aussi réconfortant. 

Gratitude, donc, envers tous ceux et celles qui font ainsi preuve d'une vraie humanité en ces temps tourmentés – pardonnez le pléonasme. 

Et que la paix revienne, vite, très vite, afin que l'on en exprime encore davantage que dans ce petit billet. 


La colombe de la paix, une lithographie de Pablo Picasso
que j'ai eu le bonheur d'admirer dès mon enfance 





 

samedi 8 janvier 2022

2022 : GARDONS LE BON, RIEN QUE LE BON

Nous y voilà, entrés dans cette nouvelle année, aux jolis chiffres, bien équilibrés, avec ce petit zéro au milieu qui nous rappelle que le néant est bien proche tout de même, toujours. 

Alors je veux me souvenir, en ces premiers jours de janvier, de quelqu'un qui nous a quittés juste avant Noël, la veille de mon anniversaire, en fait. Quel goujat !

C'était, en réalité, "a gentleman from sole to crown"*, un collègue, un angliciste hors pair, un mélomane amoureux des mots et des mets, un fin linguiste et un chef en cuisine aussi, tout comme dans sa salle de classe. 

À une époque où les professeurs savaient se vêtir correctement, voire avec élégance, pour arriver au lycée, il avait un goût immodéré pour les cravates. Il en arborait une différente chaque jour, qui était toujours parfaitement assortie au reste de sa tenue... en plus ..., en moins..., discrète  ! Cet appendice coloré ne manquait pas de le faire remarquer, pourtant il n'avait pas besoin de cet artifice  pour que l'on s'intéressât à lui. Ses reparties désopilantes de pince-sans-rire éclairaient la journée la plus sombre, et les conseils de classe les plus lugubres. 



Je vous laisse découvrir 

celui qui avait la plus belle cravate, 

et la plus belle des moustaches !

(mais ne me cherchez pas trop)


Il était parfois soupe-au-lait, surtout envers ceux et celles qui manquaient d'humour, ou de conscience professionnelle (lui en était pétri) ; il rembarrait parfois les emmerdeurs (il en existait, croyez-moi), ce qui réjouissait ceux et celles qui n'osaient le faire, mais surtout il était toujours là pour aider un ou une collègue en difficulté. Son implication syndicale n'était pas motivée par un désir d'auto-promotion, ni par un engagement politique virulent. Non, il était syndicaliste pour aider ses collègues à résoudre leurs problèmes, et il s'acquittait de cette tâche avec un dévouement remarquable. 

Dans la vie, il manifestait le même souci d'entr'aide. Que l'on aie besoin d'un conseil concernant l'immobilier, le bâtiment, une fourniture, une bonne adresse, une recette de cuisine (ah, ça, c'était vraiment son domaine de prédilection) il suffisait de lui poser la question, et paf, on était sûr d'avoir la meilleure piste du marché. Nous échangions volontiers des trucs de chef (lui en était un, moi, plutôt une apprentie sous-cheffe !), et ses pistes étaient toujours parfaites. Mais, surtout, il ne vous faisait jamais sentir que vous abusiez de son temps avec vos questions à la noix, du genre "Alors, la basse température du four, elle commence à combien ? À 150°C ?", ou bien : "Les artichauts à la juive, je leur laisse leur foin ou pas ?" 

Non, il ne se moquait pas : il était l'ami sur lequel on peut compter en cas de besoin. Discret, généreux, avec une attention aux autres qu'il dissimulait parfois, par pudeur, derrière une façade revêche. Fallait pas non plus lui marcher sur les orteils, au père Michel ! 

Et voilà. Son petit coeur tourmenté depuis des années l'a soudain lâché, sans que je puisse lui dire adieu. Notre dernier rendez-vous amical se passa devant un long, très long, café, qui nous permit de nous raconter par le menu tous nos petits secrets... et d'admirer les photos de nos petits-enfants respectifs, et adorés ! 

Je le pleure sans honte, avec un vrai chagrin. Il me laisse un souvenir marquant. Pas juste celui de la superbe automobile décapotable, dans laquelle il me raccompagnait, grand seigneur, même si je n'habitais qu'à quelques centaines de mètres du lycée, et que cela le détournait de son itinéraire... (Soyons fous !) 

Non, il me laisse surtout le souvenir d'une époque où enseigner l'anglais fut pour nous un très grand plaisir, exigeant, mais gratifiant. Je sais que des élèves qui l'ont eu comme professeur à ses débuts sont toujours restés en contact avec lui, et je me doute que, comme moi, ils sont très chagrinés de n'avoir pu lui dire au-revoir. 

Je le fais ici. Je te dis au-revoir, cher Michel, en te renvoyant un de ces clins d'oeil malicieux qui te caractérisaient. Puisse ton  souvenir demeurer à jamais – pour tes proches, si affligés, comme pour les moins proches – source de générosité, et de bienveillance. 

Et puisque j'en reviens toujours à cette notion de gratitude, je clos ce billet en vous souhaitant, amies et amis de ce blog, le meilleur pour 2022 – et de savoir, comme moi, apprécier la qualité des soins et de l'attention dont nous bénéficions dans notre pays. La critique est aisée, c'est une évidence, mais en ces temps de pandémie, je suis heureuse que mes ancêtres aient eu le bon goût de s'installer en France, au lieu de rester dans des contrées où la vie humaine ne compte toujours guère plus qu'un demi-litre de vodka. J'en boirai quand même à votre santé, dès que j'aurai complètement éliminé les tentacules vicieuses de ce sacré virus !

Alors, je le répète : "À LA VIE !",  et à vos amours !


* * * * *


* Expression tirée du poème "Richard Cory" de Edwin Arlington Robinson. Elle signifie "des pieds à la tête".  



jeudi 28 octobre 2021

NICE L'INSOLITE - JOURNÉE LITTÉRAIRE du 4/11/2021

 PETIT RETOUR À LA VIE... LITTÉRAIRE !




Je vous informe donc que je serai présente à cette journée organisée par l'association ITINÉRAIRES et la Ville de Nice, le jeudi 4 novembre, de 11 h à 17 h. 

J'y présenterai, parmi d'autres auteurs de talent, de jolis RÊVES DE RENCONTRES SUR LA RIVIERA. Au pluriel :)




Bien entendu, une (nouvelle) rencontre avec vous en vrai me fera très plaisir. 

Et vous pourrez aussi y retrouver de nombreux auteurs qui ont, comme moi, notre ville au coeur. 

À bientôt !


NB. Attention, réservation recommandée, et Pass sanitaire requis. 




mercredi 7 juillet 2021

VALLAURIS LA VILLE ATELIER 1938-1962 : L'EXPO DE L'ÉTÉ




AVANT-PROPOS 

Celles et ceux qui suivent ce blog et mes publications savent sans doute déjà que je suis la fille aînée du peintre et céramiste Eugène Fidler. Et même si je ne suis que rarement mentionnée dans les publications le concernant – comme si ce père talentueux n'était "né" que bien après ma naissance, et bien après son divorce d'avec ma mère, sa première épouse et collaboratrice –, il n'en reste pas moins que le récit de sa riche biographie est le fruit de mes recherches personnelles. J'en ai rendu compte dans un livre publié en 2016 : EUGÈNE FIDLER - Terres mêlées (Éditions Ovadia), après avoir créé la page wikipedia le concernant. Des notes biographiques que d'autres amateurs d'art utilisent volontiers, et c'est tant mieux, car c'était bien là le but de ce travail.  


Cela étant posé, j'en viens au sujet de ce billet, qui  a pour but d'honorer le travail remarquable qui a été effectué à Vallauris, avec pour résultat une exposition exceptionnelle, intitulée VALLAURIS, LA VILLE ATELIER - 1938-1962. 

Présentée dans un lieu magnifique, le Musée Magnelli — musée de la céramique, Place de la Libération –, cette exposition retrace avec brio les périodes mentionnées dans ce titre. 



Certes, Vallauris a toujours été un important centre de céramique, ancré à l'origine dans une tradition de poterie culinaire, ainsi qu'en témoignent ces magnifiques poêlons de chez Foucard & Jourdan, dans lesquels on adorait laisser mijoter de  goûteuses ratatouilles ! 




Poêlon à queue en faïence, émaillé à l'intérieur, 

et partiellement émaillé à l'extérieur


Des céramistes et potiers y expérimentaient diverses techniques, tel Jean Gerbino, dont les mosaïques de terres sont particulièrement saisissantes. 



Toutefois, dès la fin des années 30, un nouveau mouvement émerge, avec l'arrivée de Suzanne Ramié, qui ouvrira un atelier, dans une ancienne usine, avec son mari Georges, sous l'acronyme "MADOURA". 



C'est dans l'immédiat après-guerre que se développe ce mouvement, avec l'installation à Vallauris de jeunes gens talentueux venus d'ailleurs. Désireux d'oublier les soucis de la décennie précédente, et attirés par la conjonction du doux climat méditerranéen, des ressources et des compétences locales en matière de travail de la terre, ils donnent à cet artisanat une dimension originale, différente, car non "utilitaire". 

Mais c'est indéniablement l'arrivée de Picasso en 1946 qui a donné un essor tout particulier à ce lieu. Ces années d'après-guerre apparaissent à présent comme un "Âge d'Or", où la création artistique devient reine. 


Deux exemples du travail innovant
de Pablo Picasso. 
Le musée en présente 
de nombreux autres en permanence.

Des expositions déjà prestigieuses sont organisées au Nérolium – pour rappel, c'était auparavant le nom donné à un lieu dédié au bigaradier.





Quelques illustres signatures, dont celle d'Eugène Fidler


Mais venons-en à cette exposition de 2021, qui permettra aussi aux moins initiés de comprendre ce que cette ville-atelier a su créer, encourager et mettre en valeur. 

L'équipe du musée de la céramique, sous la talentueuse houlette de sa conservatrice, Céline Graziani, a  rassemblé, en quatre sections, une quantité impressionnante d'œuvres majeures des céramistes vallauriens de ces décennies. 

Nombre de collectionneurs, ainsi que les descendants de ces artistes de la terre ont prêté au musée des pièces de leurs précieuses collections

Les visiteurs peuvent ainsi découvrir l'étendue et la variété des œuvres exposées, et comprendre comment leurs créateurs ont permis à Vallauris de devenir une référence essentielle en matière de céramique d'art.

De 1938 au début des années 60, des céramistes de génie ont investi la ville, pour y créer nombre de merveilles, chacun et chacune avec son style. Et c'est cela qui est passionnant à découvrir dans cette exposition si rigoureuse et  riche à la fois : le foisonnement des couleurs, des matières, la variété des pièces elles-mêmes, qui vont de l'utilitaire (vaisselle, plateaux de tables, pieds de lampe...) aux éléments d'un genre artistique plus marqué (panneaux muraux, sculptures, plats décoratifs...).

Tous les "grands" céramistes sont représentés dans le cadre de cette exposition, où leur travail est mis en valeur de manière exceptionnelle. Pas une fausse note, dans sa mise en scène. Les visiteurs qui entreprennent ce voyage esthétique si particulier en ressortent éblouis.

À noter, et à ne pas manquer : dans la salle Eden, sur la placette adjacente au musée, on peut aussi admirer des pièces de mobilier des années 50, un décor dans lequel sont placées quelques céramiques de la même période. Un émouvant voyage dans le temps pour les plus anciens d'entre nous !

D'ailleurs, je voudrais ajouter ici une autre touche personnelle. 
En plus de faire découvrir à certains visiteurs néophytes ce que la céramique a représenté pour Vallauris, cette exposition fait revivre des moments, des tranches de vie : elle donne des couleurs, du volume, du relief, de la matière aux souvenirs de ceux et celles qui, comme moi, en ont été les (très jeunes) témoins. 
 
Je n'en dirai pas davantage. Les quelques images, ci-dessous, présentées dans un joli désordre, vous donneront, je l'espère, envie de courir à Vallauris découvrir cette exposition, qui se tiendra jusqu'au 31 octobre prochain. Ne laissez pas trop filer le temps, ce serait vraiment dommage de la rater ! 


On y va ? 

Quelques définitions, pour commencer : 


(On est très sensible à cette délicate prise en compte 
des visiteurs ayant des problèmes de vue)

ÉMOTION :

Ci-dessous, et très bien mis en valeur,
le plat qu'Eugène Fidler
a soumis à la biennale de 1958
Faïence émaillée, 10cm x 36,5cm
Collection Pascal Marziano


Avec en arrière-plan un stupéfiant
pied de lampe de Roger Capron

("La fameuse lampe W de 1955,
un modèle rarissime." 
Précieuse précision
fournie par Pascal Marziano)

Une coupelle de la même époque 
(14,5 cm x 16 cm)
Collection Rago
                                                  

Son motif illustre le défi à l'équilibre
et l'aspect aérien qui marqueront aussi
le travail pictural d'Eugène Fidler


***

Étonnant détail d'un panneau mural émaillé 
de Roger Capron




Deux autres vitrines 
consacrées à Roger Capron
(pièces crées entre 1950 & 1959)


... avec ces vases oiseaux épurés, 
de toute beauté (1950),
 et ces tables basses très originales,
différentes de celles, plus connues,
aux motifs de fougère séchée. 




***

Des œuvres d'Alexandre Kostanda
(à gauche) et de Jean-Claude Malarmey
(à droite) cohabitent bien dans cette vitrine-là.


Ne pas oublier d'admirer  
ci-dessous le travail varié 
de Roger Picault...




...ni, non plus, les créations aux motifs 
si originaux de Gilbert Portanier


Et, pour clore, que dire de ces étonnantes 
pièces de vaisselle en faux bois
de Grandjean-Jourdan ?



J'espère à présent que mon enthousiasme vous aura donné envie d'en découvrir davantage. Vos retours me seront précieux, comme toujours, alors n'hésitez pas à me laisser un commentaire sur ce blog. 
Bonne visite, en vrai !

***

Lieu : Musée Magnelli, musée de la céramique
Place de la Libération
06220 VALLAURIS

Attention : le musée est fermé le mardi, et entre 12:30 et 14:00. 

Un autre 'must have', à acheter sur place : le  catalogue de l'exposition, extrêmement détaillé, superbement illustré, et vendu au prix de 30 €. 


* * * * * 

Bien entendu, je ne suis pas la seule à parler de cette expo-événement, qui interpelle jusqu'au milieu très branché de la déco : 


* * * * * 

Mes remerciements vont à Jacques Lefebvre-Linetzky  qui a pris la plupart des photos publiées dans ce billet.  (Les plus belles, bien entendu !) Pensez à cliquer dessus pour les agrandir.