En vol

En vol

mardi 27 janvier 2015

MERCI & MERCI, MERCI !


On va dire que je radote terriblement.

Mais que dire, pour remercier doublement un endroit nommé Merci ?
Je n’ai pas d’autre formulation en tête, et vous conviendrez que celle-ci  convient bien à ce blog !

C’est en effet chez Merci que HARENG : UNE HISTOIRE D’AMOUR a été lancé officiellement en France samedi dernier, au cours d’une magnifique soirée organisée dans le cadre d’une semaine danoise, intitulée (à bon escient) "TAK"*.


Arrosée de vodka et riche en canapés au hareng, elle a permis des rencontres amicales et chaleureuses, des contacts divers, des échanges surprenants en diverses langues, et provoqué bon nombre de fous-rires.


J’avoue avoir été bluffée en arrivant chez MERCI, à la vue des terrines de Daniel Rozensztroch qui y étaient exposées, en vrai, car elles sont encore plus belles que sur les plus belles des photos ! Chacun, comme moi, a eu envie de soulever leur couvercle (soigneusement fixé) comme pour vérifier leur contenu, et qui sait, y découvrir quelques filets de harengs ? Leur disposition si bien pensée : la touche du maître, dont je ne cesse d’admirer le talent et la créativité. Le réfrigérateur à la façade vitrée, laissant voir des boîtes de conserves en provenance du Danemark et une énorme terrine, de celles que l'on trouvait dans les auberges allemandes : le comble du teasing, mais tellement stylé !




(Femme emprisonnée 
dans un frigo à harengs
ou selfie involontaire)

Et, second choc : ces images, que je connais par cœur  pour les avoir choisies une à une et étudiées pendant des mois, elles étaient là, devant moi, agrandies et rayonnantes… Une seconde je songe à ces modèles dont la vie a été si anonyme : ces pêcheurs infatigables, ces tonneliers, ces commis de Russie et d’ailleurs, ces femmes courageuses, caqueuses, ravaudeuses, harengères – que n’ai-je leur nom, en sus de leur visage, pour les honorer davantage ?




Troisième cadeau : une immense table recouverte d'exemplaires de notre livre – vivant du regard positif porté sur lui par des amateurs éclairés. Quel plaisir pour Daniel et moi, et pour notre éditrice  Suzanne Slesin, de Pointed Leaf Press, que de voir briller dans les yeux de tous ces inconnus  l’étonnement, la curiosité, mais surtout l’admiration, face à ce livre qui a suscité notre passion, et occupé nos jours et nos nuits pendant de si longs mois !

Ces visages ouverts, les questionnements (et même les remarques des végétariens les plus convaincus !), les informations insolites rajoutées par des visiteurs avisés, nous ont tout bonnement ravis. 


ÉCOUTEZ DONC ÇA !

Et je ne dis rien des demandes de signatures !


En ces temps si troublés, à l'atmosphère délétère, il est bon de se raccrocher à une valeur sûre, de celles qui ont fait leurs preuves. 
Alors oui, le hareng est un tout petit poisson. Mais aujourd’hui, comme hier, ce poisson rassembleur et salvateur continue de combler une infinité d’êtres humains. Dont je suis. 
TAK !

N.B. Pour un reportage illustré par un vrai "pro" et une interview de Daniel Rozensztroch, jetez donc un œil ici et , vous ne serez pas déçus. 

Photos C. Fidler & J.L + L. (D.R)
TAK = Merci en danois :-)

2 commentaires:

  1. Super les harengs et leurs contenants ! J'en ai l'eau à la bouche !
    Merci à vous deux pour ce bel ouvrage commun !

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez bien mérité un tel hommage!
    Bravo
    Moi vulgaire sépharade je n'aurais pas pensé que le hareng (que j'adore surtout quand tu le prépares) puisse susciter un tel engouement. Mais est- ce le terme qui convient? Plutôt des images plus belles les unes que les autres. Et que dire des textes puisés à la mémoire des humbles?

    RépondreSupprimer