En vol

En vol

lundi 8 juin 2015

FESTIVAL DE NICE 2015 : des lendemains radieux.

Ce billet sera bref, et il n'a pour but que de remercier les visiteurs (60 000 nous dit Nice Matin, mais heureusement pas tous devant mon stand en même temps !) qui sont venus prendre ou reprendre mes livres, et bavarder un moment avec moi. 

Ces trois jours ont été l'occasion de rencontres chaleureuses – vu la température, le terme est plus qu'approprié  – et d'échanges intéressants.


Je commencerai par un cadeau. Il m'a été apporté par une lectrice enthousiaste dont le retour a été émouvant : un petit mouton fabriqué à partir d'un bouchon. Je l'ai mis sur mon stand, et il m'a, de fait, porté bonheur. Merci à elle, de tout cœur. 

Ensuite il y a eu la possibilité de côtoyer, même brièvement, des auteurs prestigieux, dont j'admire le travail, ou que j'ai envie de découvrir à présent : par exemple Jean-Pierre Luminet, astrophysicien, dont l'univers et la science sont si vastes par rapport au miens... 



Détail amusant, lui qui est connu dans le monde entier, à Nice, il n'est que le frère d'un de mes anciens collègues du Lycée d'Estienne d'Orves, professeur d'histoire et de géographie. 
D'où la question rituelle : "Vous êtes de la famille de Robert ?" 

Et puis, il y avait tout près de moi Didier Van Cauwelaert, dont j'ai déjà parlé sur ce blog, lui-même ancien élève de ce lycée si spécial... 

Ensuite, j'ai eu le privilège de rencontrer Jérôme Garcin, dont le dernier roman, "Le Voyant" magnifiquement chroniqué ici, est cette année le récipiendaire du Prix Baie des Anges


Pour bien clore ces trois jours, c'est Philippe Grimbert (l'auteur de ce merveilleux SECRET) qui a craqué pour HARENG. Il a été un brin désarçonné quand je lui ai posé la question : "Aimez-vous les harengs ?" Drôle d'entrée en matière, mais elle a créé un lien certain !

Mais surtout, j'ai apprécié la curiosité et l'audace de ces visiteurs qui ont choisi de découvrir mon travail, de prendre ce risque qui consiste à aller au-devant d'un auteur qui n'est pas passé à la télé, et qui n'a donc pas la renommée des plus grands. Ceux-là sont des lecteurs précieux, et ils soutiennent, sans le savoir, la création et l'édition régionales.

En guise de conclusion, un grand merci à l'équipe de la librairie Masséna qui m'a si gentiment accueillie et qui, ce matin, doit être épuisée. Mais heureuse ? 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire