En vol

En vol

mercredi 26 avril 2017

REMÈDES MIRACLES ET CONFIANCE AVEUGLE...


Ces derniers temps, et vous avez dû le noter comme moi, nous avons été submergés par une vague de publicité pour un laboratoire pharmaceutique, dont je tairai le nom pour ne pas rajouter à sa notoriété. 
Moins drôle que celle évoquée précédemment pour les vérandas, celle-ci attire notre attention sur la confiance quasi-aveugle que nous devrions manifester envers cette entreprise toute dévouée à la  santé publique. 

Tout d'abord, l'argument m'a paru ridicule : imaginez-vous en train de sortir de chez votre médecin, ordonnance en main, pour remarquer que celui-ci, ou celle-ci, a spécifié le nom du laboratoire en regard de ceux des médicaments prescrits (ce qui lui est interdit, je le signale au passage).

Imaginez-vous ensuite aller poser la question à votre meilleure copine de savoir si elle a déjà consommé des produits sortis de ce même labo, et qu'elle vous explique comment en prononcer le nom, et que là, vous soyez rassurée au point de ne plus jurer que par ce fabricant. Lequel se trouve être le plus important en matière de médicaments génériques, et à la pointe de la promotion de ces derniers en France. 

À ce stade-là, le sourire me quitte, remplacé par un questionnement insidieux : à qui profite ce matraquage publicitaire, et qui le commandite ?  Il n'est jamais dit clairement que ce laboratoire propose des médicaments génériques. Ni que la "santé publique" a tout intérêt à faire des économies en les promouvant. La mention du ministère de la santé n'apparaît d'ailleurs nulle part, ni non plus celle de la sécurité sociale. Il nous est juste demandé de faire confiance à ces produits, puisqu'ils ont si bien soigné et guéri le fils de la copine de la nénette nunuche qui se posait des questions, dans la pub. Avouons que, même si c'est vrai, l'argument est plutôt léger !



Cependant, en y réfléchissant, je trouve que cette publicité éclaire la situation politique du moment, et la tentation qu'ont certains de se fier naïvement à des remèdes prétendument miraculeux, et économiques, au prétexte que quelqu'un, quelque part, connaît quelqu'un qui les a expérimentés. 

Grâce  à  un habile matraquage publicitaire, ces gogos se trouvent convaincus qu'une telle les guérira de tous leurs maux, qu'on peut lui faire confiance les yeux fermés, que tout sera moins cher et plus efficace avec elle, d'ailleurs c'est la copine de ma copine qui me l'a dit et ça lui a réussi, pas vrai ? Or les rumeurs ne naissent pas autrement. 



Réfléchir avec sa tête pour savoir s'il y a vraiment jamais existé de remède miracle durable à quoi que ce soit, et s'il ne vaudrait pas mieux être réaliste en faisant confiance, un peu, rien qu'un peu, sans aveuglement, à ceux qui ne vous promettent pas la lune, sans pour autant s'enfermer dans un très petit système national –  c'est sûr, c'est moins séduisant. 





Pourtant, avec une gratitude anticipée, je veux bien croire que ce sont ces derniers qui auront gain de cause, et que nous serons très nombreux à convaincre nos concitoyens de ne pas se laisser contaminer par la peste, quelle que soit sa couleur actuelle. Le médicament pour cela existe, il s'appelle la réflexion, et il est gratuit. On n'a même pas besoin d'être tombé dedans quand on était petit pour qu'il soit efficace !


~~~~~~

Pour clore ce billet métaphorique sur une note plus ludique, je vous invite à un nouveau retour sur un magnifique conte de notre enfance, dans lequel il est rappelé que patte blanche peut être trompeuse :  ICI.  





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire