jeudi 14 août 2014

LES JOIES DU MOIS D'AOÛT




Août en France… Il paraît que tout est fermé, et que plus rien ne se passe.


Une chose est sûre, il continue de s’y produire de petites catastrophes domestiques, et tout autant de petits miracles. Je ne résiste pas au plaisir de vous y associer.

Non, je ne vais pas couiner sur des pages et des pages, vous connaissez la philosophie de ce blog, même si, pour être honnête, j’ai eu quelques longues minutes la tête dans le sac.

Imaginez. Vous êtes tranquillement « en vacances » à une heure de chez vous, et on vous appelle pour vous informer que votre maison est dans le noir total. Plus de frigo, le congélo vous fait des mares de flotte dans la cuisine ; plus de lumière, stores électriques fermés ; plus rien de rien, et surtout pas moyen de remettre le disjoncteur en route.
Vous rentrez à toute vitesse (malgré les radars) pour trouver sur place une surprise agréable : vous avez pu joindre un électricien, et un vendredi soir, qui plus est, et il est venu !
Ce n’est qu’un début…

jeudi 31 juillet 2014

LA CLANDESTINE DU VOYAGE DE BOUGAINVILLE : UN COUP DE JEUNE !




Qu’attendons-nous d’un roman ? Que, bien écrit, il nous entraîne à découvrir de nouveaux lieux, d'autres époques, des personnages hors du commun, et pourtant humains, qu’il nous instruise tout en nous distrayant, qu’il nous fasse poser des questions que l’on se dit être essentielles ? Oui, certes, tout cela à la fois. Un roman réussi, c’est une capsule d’émotions et de satisfactions. Mais un roman qui vous donne l'impression de rajeunir à mesure que vous le lisez, ça, c’est plus rare !

Pourtant, en plus de tout le reste, c'est bien ce que j’ai ressenti à la lecture de LA CLANDESTINE DU VOYAGE DE BOUGAINVILLE, de Michèle Kahn.

Il raconte, ainsi que nous en informe la 4ème de couverture*, l’exceptionnelle aventure (vécue) d’une jeune femme, Jeanne Baret, embarquée dans le tour du monde scientifique de M. de Bougainville, aux côtés de son amant, le médecin naturaliste bressan Philibert Commerson.

jeudi 24 juillet 2014

LES ÉVÉNEMENTS DE L'ÉTÉ

Cela paraît futile d'annoncer des dates de rencontres littéraires quand le monde semble à feu et à sang. Pour tout vous dire, j'ai hésité à le faire, et eu envie de me recroqueviller dans un petit trou de souris, en me bouchant les oreilles, les yeux, et même le nez, en attendant que cette folie cesse. Mais au fond, si la littérature n'est pas là pour nous sauver, nous élever, qu'est-ce qui pourra bien le faire ? 

Je vous informe donc des rencontres à venir, en espérant que la chaleur de l'amitié, et la tolérance, prévaudront sur l'ignominie des insultes. 

Tout d'abord, pour ceux et celles qui auraient envie de suivre mon actualité littéraire, je rappelle qu'on peut le faire sur facebook, même sans y avoir de compte et même si l'on déteste la chose (!) en suivant ce lien avec ma page publique.  

Sur celui-ci je vous invite à laisser un commentaire sur RÊVES DE RENCONTRES SUR LA RIVIERA. Merci d'avance de vos contributions !



Ensuite, je vous remercie de bien vouloir faire circuler les informations suivantes concernant mes différentes rencontres avec le public au cours de l'été :

Le samedi 26 juillet prochain, ce sera un accueil à Saint-Cézaire-sur-Siagne, autour de sa jolie fontaine en plein cœur du marché provençal. 

CHANGEMENT DE DATE EN RAISON DE LA MÉTÉO DÉFAVORABLE : CETTE SIGNATURE AURA LIEU LE SAMEDI 9 AOÛT, MÊME LIEU, MÊME HEURE. 


Le mardi 19 août c'est à Sisteron que je participerai à une journée du livre, environnée de potiers. Ce sera sur la place, toute la journée. 
Y sera également présente Christine Baron, avec son dernier roman, L'ÉCHO DE LA NOTE BLEUE. 

C'est un endroit où je suis contente de retourner, car la ville est très impliquée dans la réussite de cette manifestation littéraire, et l'accueil y est particulièrement chaleureux. 

En septembre, le dimanche 7 septembre exactement, ce sera la journée du LIVRE EN FÊTE, à Roussillon-en-Provence,
village important dans mon histoire familiale. 

En attendant, si vous avez envie d'écouter sur Radio Suisse Romande des extraits courts de certains de mes livres, cliquez ici, et choisissez !

Visiteurs canadiens, je vous informe que LA RETRICOTEUSE, RECETTES À LA VIE, À L'AMOUR & RÊVES DE RENCONTRES SUR LA RIVIERA sont désormais disponibles chez Renaud-Bray, grâce à Globalia Distribution. 

Et, bien entendu, tous mes titres sont à présent disponibles partout en France. 
Qu'on se le dise !

BONUS, pour ceux et celles, déjà mentionnés, qui ne fréquentent pas trop les "réseaux sociaux" et qui ne lisent pas Nice-Matin (amis parisiens, et les autres, vous êtes pardonnés) : un nouveau coup de projecteur sur une grande dame, pour qui la tolérance était une valeur fondamentale. 
Si la recette n'est pas bien lisible, demandez-la moi, je me ferai un plaisir de la recopier en commentaire. 
En partageant la nourriture, on partage bien plus que des calories, n'est-ce-pas ? 







jeudi 17 juillet 2014

BAGELS 3 – FALAFELS 1.



INVITÉS : 3 – AUTOCHTONES : 1

Voilà le score, sur le stade niçois, en tout cas.
On aurait pu croire que le falafel allait gagner le match, en ces terres méditerranéennes, mais le voilà battu à plates coutures, et encore plus quand il s’agit de la littérature qui l’entoure.

Ayant moi-même un net préjugé en faveur du bagel, ainsi que vous avez déjà pu le lire ici, son implantation à l’est du Var ne manque pas de me surprendre, et de me ravir.

jeudi 10 juillet 2014

ENCORE EN VIE : MERCI LA VIE !



Petit album de vacances cette fois-ci, accompagné d'une chronique de l'autoroute. 

On voit de très belles choses en se baladant en France et, revenant vivant après plus de 2000 kms de route, on est obligé d’en remercier le ciel.

Ces merveilleux nuages dans un ciel bleu de Bresse

lundi 30 juin 2014

SACRÉ PILOU : REPORTAGE SUR UN REPORTAGE






Les fidèles de ce blog se souviendront sûrement que j’ai déjà évoqué le pilou en parlant du Festival du livre de Nice, ce qui, à défaut d’avoir alors été d’une logique redoutable, me permettra de rebondir – vous verrez que le terme est également très approprié ici et maintenant.

Par le canal bouche-à-oreille d’André Giordan et de facebook, j’ai appris la semaine dernière qu’une équipe de télévision canadienne allait venir à Nice pour faire un reportage sur ce sport si particulièrement niçois, et que donc les amateurs et professionnels du pilou étaient conviés à procéder à une démonstration de leurs talents, le vendredi 27 juin à 18  heures, le long du stade de pilou qui se trouve sur la Promenade des Anglais, au niveau de la plage du Voilier.

lundi 23 juin 2014

LES LAURIERS BLANCS : PLUS QU’UNE BONNE ADRESSE !



Ah, la Provence… ses lavandes, son miel, ses artistes et artisans, ses paysages... et son Mistral… (ça on oublie).
Qui ne rêve d’y passer un petit week-end en amoureux, quitte à casser sa tire-lire pour ce faire ?

Voilà un plan câlin (spécial filles, pour y gâter votre chéri) qui ne sera pas compliqué à réaliser, au départ de Paris.

Quand tous les trains rouleront à nouveau sans problème, et que les poules auront des implants, vous pourrez embarquer dans le TGV direction Avignon, et de là prendre tranquillement un car qui vous amènera à Pernes-les-Fontaines. 
Pourquoi Pernes ?


Juste parce que c’est un endroit de rêve, moins fréquenté que la bourgade voisine, l’Isle-sur-la-Sorgue (pas mal non plus, quand même) et que vous pourrez y allier détente au calme et volupté, tout en étant à une centaine de mètres à pied d’une petite ville ravissante.

Venant de Nice, en voiture cela ne vous prendra pas plus de trois heures d’une route très confortable.  Pour celles qui viennent d’ailleurs, il y a un truc très bien qui s’appelle GPS ou Mappy, moi, c’est seulement Cathie.
Bon, allez, quelques pistes ICI. 

Une fois cette contingence réglée, et que vous serez enfin rendus, un seul conseil, avant d’entreprendre le tour de la ville et de ses superbes fontaines. Posez vos bagages à la maison d’hôtes "LES LAURIERS BLANCS".

Parce que le tourisme, c’est bien beau, mais se sentir presque comme chez soi ailleurs, dans un cadre ravissant, en jouissant d’un confort exceptionnel et d’un accueil chaleureux… il faut bien avouer que ce n’est pas assez fréquent.

Petit déjeuner, dedans s'il fait trop frais dehors...


Les chambres, le jardin, la piscine, la terrasse, le cadre... Qu'est-ce que j'oublie ? Ah oui, l'abri voiture et le portail magique, le sol rafraîchissant, la douche pour éléphants – tant elle est grande – et, pour les accro de mon espèce, du wifi partout ! 

Et pour les petits, il y aussi... STOP ! J'ai parlé d'une escapade en amoureux => pas de marmots ! L'endroit est calme à souhait, surtout hors saison.  Je vous le promets, question romantisme, c'est bien mieux que Venise !


Dans le genre prison, il y a pire ! (Chambre sous les toits) 

Comme je ne suis pas fourmi, je partage sans modération, car Valérie Marteau, qui tient la maison avec autant de douceur que de professionnalisme mérite que celle-ci – ouverte depuis peu –, soit connue d’esthètes tel(le)s que vous autres !



Vous en trouverez  les détails sur ce site.
N’oubliez pas non plus de « liker » leur page facebook, vous aurez droit à l'apéro en échange. 
N.B. Tout faux : l'apéro vous est de toute façon servi, à l'ombre, en attendant le jus de raisin de la magnifique treille qui se trouve devant la maison. Ça, c'est pour quand vous y reviendrez avec des enfants !
  
Et pour vous donner envie de cette balade dans le sud, (ou dans le nord, selon d'où vous venez !) quelques clichés ravissants en sus.
Bon été !


 Centre culturel à la fois laïque et religieux


Une partie de l'ancienne tour de guet



Tradition laïque pour cette ancienne école de garçons


L'eau, partout, vive et claire

crédits photographiques : J.L +L. 
Les Lauriers Blancs ont 3 épis Gîtes de France.