En vol

En vol

vendredi 13 janvier 2012

J’AI JUSTE PAS LE TEMPS !

Petites répliques glanées au fil du temps :

- - Ah oui, il a l’air bien ce film – mais tu sais, je n’ai pas le temps d’aller au cinéma en ce moment.

- - Ce serait bien d’aller marcher sur la Prom’ un peu plus souvent, mais franchement, je n’y arrive pas.

- - Ah, il y a cette expo en ville ? Non, je pourrai pas y aller, je dois m’occuper de mes enfants / petits-enfants / de ma mère / de ma vieille nounou / du jardin...

- - Tu vas à la gym trois fois par semaine ? Comment tu fais ? Moi j’ai pas le temps !

- - Comment ils font ceux qui répondent à tous leurs mails, moi j’ai juste pas le temps !

- - Oui, je sais, tu m’as envoyé ce lien, mais j’ai pas encore eu le temps de le consulter. Je suis débordée !

- - Repasser des draps ? Tu n’y penses pas, j’ai pas que ça à faire !

Ça vous parle tout ça ? Vous avez entendu ces répliques, ou vous les avez même prononcées, tout comme moi ?

Eh bien, pour tout dire, même si cela m’arrive aussi d’être à la bourre, au taquet, à l’arrache, charrette et compagnie, je n’éprouve aucune gratitude quand je m’entends les énoncer, et encore moins quand on me les assène ! Parce que, chers lecteurs qui venez de prendre le temps d’ouvrir ce blog, vous savez aussi bien que moi que toutes ces excuses ne sont que du pipeau, de la poudre de perlimpimpin jetée aux yeux et aux oreilles de son interlocuteur, du baratin qu’on se baratine, du blabla, et rien que des arguments dont on se gargarise.

Pas le temps ? Quand on pense à la manière dont certain(e)s d’entre nous jonglent avec, pour mener à bien enfants, travail, maison et loisirs ; quand on sait que d’autres passent des heures en transport en commun pour aller gagner leur vie - et parfois si mal ; quand on pense au temps « perdu » à accomplir des tâches peu gratifiantes mais incontournables… alors on comprend que le temps doit se gérer comme un compte en banque – sauf qu’on a pas de droit au découvert, car il n’y a pas de vingt-cinquième heure.

Pour tout caser, on hiérarchise les activités, de la plus nécessaire à la moins importante. Dire « j’ai juste pas le temps » équivaut à dire : « Ce truc-là dont tu me parles se trouve tout en bas de ma liste de priorités. J’ai une chose plus essentielle à faire avant, pour laquelle je prendrai le temps qu’il faut, quitte à sauter un repas, à moins dormir, à zapper le reste. »

C’est pour cela que votre fille est muette… et que l’on remet aux calendes grecques le ciné, l’expo ou la lecture des derniers mails reçus, et pire, le livre qui attend sur le coin de sa table de chevet. C’est « juste » qu’ils ne sont pas tout en haut de la liste des priorités. Quand arrive leur tour, on tombe de sommeil, et ciao la culture.

Par ailleurs, si l’on n’a pas violemment envie de voir tel film, telle pièce, ou de lire tel bouquin,(ou d’ouvrir tel email !) pourquoi ne pas (se) l’avouer, tout simplement ?

Je ne donnerai de leçon à personne, puisque je suis exactement dans le même cas que bien d’autres quand il s’agit de faire preuve de mauvaise foi.

Pourtant je me dis que prendre du temps pour quelque chose que l’on désire faire ne devrait pas être un luxe exceptionnel, mais un cadeau que l’on s’accorde, parce qu’on le vaut bien (!). Alors dérober quelques minutes par jour pour se donner ce plaisir, en étant conscient, qu’en fait, on ne vole rien à personne, c’est le moins que l’on puisse faire pour apprécier pleinement l’instant présent. C'est en tout cas ce que je retiens de mes cours de Qi Gong. Merci ma prof !

En anglais on dit quelque chose de très beau : ‘’Smell the roses’’. Respirez le parfum des roses. Il a tôt fait de disparaître. Mais je me rappelle aussi que Ronsard nous enjoignait de ‘’cueillir dès aujourd’hui les roses de la vie’’. Les fleurs sont-elles essentielles ou superfétatoires ?

Allez, prenez « juste » quelques secondes pour admirer celles-ci, sans le moindre remords !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire