En vol

En vol

dimanche 12 mai 2013

LA NEUVIÈME VIE DE MON CHAT






Catophobes s’abstenir.

En revanche, ceux qui aiment les félins comprendront la gratitude que j’éprouve pour le (et la) vétérinaire qui accompagne le nôtre avec tant de délicatesse.

Le pauvre vieux (le chat, pas le vétérinaire) a dix-huit ans. Autant dire qu’il est centenaire. Alors, tout comme certains grands vieillards, il est un peu gâteux, c’est-à-dire qu’il oublie qu’il a mangé, et réclame son pâté de dinde cinq
minutes après avoir fini son bol ; ses croquettes, il faut les écraser au rouleau à pâtisserie pour éviter qu'il vomisse ; il se plante au milieu de la pièce et miaule en se demandant où il est ; sa machine à ronron est cassée ; il fait pipi à côté de sa litière ; il n’y voit pas trop clair et n’entend plus les souris (à moins qu’il n’y en ait pas chez nous) ; il a un truc qui ressemble à un ulcère variqueux à la patte arrière, il a du mal à marcher et rechigne à être porté… Il nous empêche de voyager ; il nous réveillait la nuit, avant qu’on décide que la cuisine serait désormais sa chambre à coucher ; il nous oblige à l’amener chez les vétérinaires au moins deux fois par semaine pour changer son pansement. Bref, il nous casse les pieds, pour être poli, mais voilà, c’est un être vivant qui vit avec nous depuis dix-huit ans. 
Il a partagé nos tracas, en quelque sorte. Il a vu le pire et le meilleur de nos journées, et de nos nuits. Il a déjà survécu à de « gros soucis de santé », comme ils disent. Plusieurs fois, confirmant ainsi la croyance égyptienne que les chats ont neuf vies – pour un felis silvestris silvestris* qui avait le profil d’un chat égyptien au temps de sa splendeur, c’est cohérent.



À chaque fois qu’il a menacé de quitter ce monde, nous l’avons veillé et soigné, avec l’aide de ses docteurs attentionnés. Il fait partie de la famille, en somme, comme tout animal domestique.  Et je vais avouer que je l’aime davantage que pas mal d’humains de ma connaissance, car il ne nous a donné que du bonheur, en plus de ses ronrons. Malgré ses bêtises. 



Alors, quand il est question de savoir si oui ou non on va le faire endormir gentiment, et à quel moment, j’apprécie le tact de ces professionnels qui savent tout expliquer, rassurer, et nous laisser prendre en temps utile la décision, qui sera immanquablement douloureuse à vivre.


Le moment viendra bientôt, nous le savons. Par bonheur on peut ne pas laisser souffrir un animal plus que nécessaire. Quand notre minou n’aura plus de goût à rien, nous saurons lui épargner une agonie. En sachant que nous serons accompagnés par des professionnels compétents et très humains. Bien plus que certains médecins que j’ai rencontrés au cours de ma longue carrière de patiente !

En attendant, l’animal en question se fait une jolie toilette de chat, en me suivant du regard, ce qui, somme toute, est plutôt bon signe pour un chat moribond. Mais que lui avez-vous donc fait mes chers vétos pour qu’il s’accroche ainsi à sa neuvième vie ?

Par discrétion, je ne donnerai ici que le surnom de mon vieux tigré : Bert ou Bébert (et que personne ne me rappelle quel auteur, et homme détestable, avait un chat ainsi nommé) – en revanche c’est avec enthousiasme que je recommande la clinique vétérinaire des Docteurs Hayot et Walter, 17, rue Berlioz à Nice, où le magnifique Dr Bellman a oeuvré si longtemps. 

Sauf, bien entendu, à ceux qui n’ont que des enfants.
Nobody’s perfect.


NB. Par égard pour lui, je n'ai mis ici que des photos plus anciennes. Il est coquet, et n'aimerait pas que je le montre sur Internet alors qu'il est diminué. On a sa dignité quand même. 

      *Nom latin du « chat européen ». Pour ceux qui veulent en savoir davantage sur l’espèce, cet article de wikipedia est remarquablement bien fait.







5 commentaires:

  1. Qu'il est beau Bébert et s'il s'accroche comme tu le dis à sa 9ème vie c'est qu'il se sent encore bien!!! On dirait ma minette qui est partie à 20 ans le 5 décembre dernier !! J'ai pleuré pendant une semaine... et j'ai toujours de la peine lorsque je pense à elle. Il me reste Chloé qui a eu 10 ans le 3 mars dernier. Un bon gros costaud caractériel mais que j'adore !
    Merci Cathie pour ces quelques lignes sur ton Bébert. Toujours agréable de te lire - Bisous
    Georgette

    RépondreSupprimer
  2. Ma copine Berth a gardé son chat 23 ans, maigre, branlant, mais ronronnant! Accès intérdit à la maison, par contre accès a la terrasse et au dessous de terrasse, chauffé par la chaufferie attenante!!!
    Arrivé juste après la mort accidentelle de son mari, il a partagé son presque quart de siècle accompagné ses peines et a interdit le jardin à tout canin de son espèce!
    Depuis, les 4 chats qui attendent sur la fenêtre ouverte de la cuisine savent que la maison est réservée, mais que la nourriture "câline" est bonne!!!!
    bises
    sylvix

    RépondreSupprimer
  3. Encore un autre conte émouvant, Catherine. Avez-vous envisagé d'écrire les aventures de votre chat pour votre prochain roman ou un poème ou même une chanson?

    Priez m,excuser Catherine et tout le monde, mais dans mes pensées je vois Brave Margot et son chat à un certain village français ........
    Brave Margot (par Georges Brassens)

    Il est certain que le gorille de Sète aimait les chats.

    RépondreSupprimer
  4. Il est parti le lundi 27 mai, mon B. En douceur. Quelle tristesse tout de même, et comme la maison semble vide - mais je sais qu' il restera dans nos coeurs avec tout ceux humains et animaux que nous avons aimés. L'amour ne se détaille pas.
    Merci à vous tous pour vos adorables messages, qui prouvent que vous êtes humains.

    RépondreSupprimer