En vol

En vol

dimanche 22 février 2015

GLOIRE AUX GLORIA MANSIONS !




Il y a eu un "avant" et, bien entendu, un "après". 
L'avant a été long, et remonte aux années 30, l'âge d'or de l'Art Déco. 

Le bâtiment dont il va être question aujourd'hui y a connu son heure de gloire. Construit entre 1932 et 1934 sur les plans d'un architecte arménien, Garabed Hovnanian, mêlant inspiration new-yorkaise et méditerranéenne, et après avoir logé des hôtes de qualité, cet imposant édifice était hélas devenu, au cours du siècle dernier, l'ombre de sa splendeur passée. 

Jusqu'au jour où deux passionnés créèrent une association en vue de le relever de la ruine dans laquelle il sombrait lentement, mais sûrement. Ce qui fut fait. 

Le résultat de cet "après" est tout bonnement bluffant. Cet immeuble est pourtant très discret, on n'en voit pas facilement l'entrée, et il faut lever les yeux au-dessus de commerces fort ordinaires pour en découvrir la splendeur. 


Une fois passé le portail, on découvre 
l'arrière somptueux de cet immeuble



photo © J.L + L


Dans la cour : ce trompe-l'œil 
en partie en relief, 
recréé par un "rocailleur". 


photo J.M. Cagnoli

Vous trouverez tous les autres détails de cette merveilleuse entreprise de sauvetage du patrimoine sur ce site,* mais je tenais à partager avec vous mon coup de cœur de la semaine, en l'illustrant de quelques photos plus personnelles. 

En effet, grâce à la gentillesse de M. Testud, dont l'entreprise, AD AFFRESCO, a travaillé à la restauration du Gloria Mansions, un groupe d'amateurs d'architecture s'est retrouvé ce matin, sous sa conduite, afin de visiter ce magnifique immeuble, à présent quasi-terminé. 

On note le travail du fer-forgé, 
et le graphisme si typique des années 30

Dès l'entrée, le granito du sol est une
pure merveille qui vous saute aux yeux

 ...tout comme ces joints teintés de  
vert de Vérone...

J'ai retenu de cette visite quelques détails importants :



La façade est constituée de béton coloré, traitée comme une matière noble, et incrustée de nacre vivante. Celle-ci provient d'ormeaux. Au début, nous confie M. Testud, il leur a fallu manger quantité d'huitres afin d'en utiliser la coquille... Pour découvrir un peu plus tard une source allemande de brisures d'ormeaux, qui a évité à son équipe tout risque ultérieur d'indigestion, et d'hépatite !

Les bas-reliefs s'inspirent de scènes méditerranéennes. Comme le reste ils ont été nettoyés, et sont à présent mis en valeur. 




4 photos de © J.M. Cagnoli

Un des murs extérieur est composé de blocs monolithes, bouchardés dans la masse, et modelés à la main : le ciment prompt se fige, et on le modèle à la truelle de manière artisanale. 
(Je sais, là, je sors de mon domaine de compétence, pardonnez mes approximations !) 


Pour l'entreprise AD AFFRESCO, en charge de la rénovation des façades (mais aussi de tous les murs intérieurs), pas question de "gommage" qui ouvrirait "les pores" de ce béton-là, sous peine d'attirer l'eau, avec le risque que plantes et moisissures fassent ensuite exploser le mortier. 
(Cela ressemble furieusement à de la cosmétique, cette affaire-là, vous ne trouvez pas ?)

D'ailleurs, ce même béton est lissé par endroits au point de ressembler à du marbre. Il en a la douceur, du reste. 
(On imagine le nombre de limes en carton qu'il a fallu utiliser pour obtenir un tel poli...)


Entrons... pour être accueillis par des boîtes à lettres dont on imagine ce qu'elles ont pu contenir de messages parfumés... Et si, par hasard, un télégramme arrivait, il était remis à la personne en charge de donner les "Renseignements" – nul ne lit le terme de "concierge" ni de "gardien" en ce lieu.


Photo @J.M. Cagnoli


Cuivre, matière noble, à respecter,
avec chiffon et huile de coude !






photos ©J.M. Cagnoli



Au-dessus des boîtes aux lettres,
une illustration stylisée des divers 
moyens de transport du courrier
au fil du temps


photo ©J.L + L

Une fois le hall passé, le regard est attiré vers le haut. Le monumental escalier hélicoïdal vous coupe le souffle, tout comme la verrière plate qui le surplombe. 






Et encore plus lorsqu'on le regarde depuis le dernier étage !

Vertigo, anyone ? 

Entre les deux, encore quelques merveilles...


--détail d'un vitrail inhabituel :
ces tasselles en verre coloré sont maintenues entre
deux panneaux vitrés, et non par des joints de plomb

 Poignées de porte

On remarque la forme des chiffres
si typique des années 32 !

 Détail de verre

Couloir d'étage, avec ses vagues
de béton ciré
photo ©J.M. Cagnoli


Et voilà, la visite est terminée ! 
Vous admettez que le coup de cœur est justifié, n'est-ce pas ? 

En revanche, ayant aperçu la rénovation de l'intérieur d'un appartement (destiné à une location de longue durée...)  je ne commenterai pas les choix du responsable de celle-ci. 

Nul doute que des amateurs bien plus éclairés sauront, à terme, donner à chacun d'entre eux le lustre et le style qu'ils méritent. C'est en tout cas ce que je souhaite pour que ce superbe travail patrimonial soit parachevé. 



Pour les Niçois, ou ceux qui peuvent se rendre sur place (vu que le bâtiment ne bougera plus guère), cette visite pourra être suivie à nouveau le vendredi 27 février à 11:00, à condition de s'inscrire avant auprès de M. Testud : fresco@wanadoo.fr

Avec mes remerciements à Jean-Michel Cagnoli, architecte, qui a eu la bonne idée de nous signaler cette visite, et la gentillesse de me confier quelques-unes de ses photos. 




*N'hésitez pas à naviguer en cliquant sur les liens du bas de la page web, et à visionner les petits films proposés, passionnants.

6 commentaires:

  1. Merci Cathie, c'est magnifique ! Aussi bien le bâtiment que ton compte-rendu. Et tu parles de compétence ? Tu as en tout cas celles de la vision, de la documentation et de la description. Il faut que je retienne ce numéro 125...et que je lève le nez en y passant !
    Maurice

    RépondreSupprimer
  2. Bravo, Cathie, et merci de faire revivre à ceux qui étaient présents cette visite passionnante. Tu as raison : cet ensemble immobilier d'une grande beauté mérite d'être vu et apprécié par tous les amateurs d'Art déco, et respecté à tous les niveaux dans sa vie future.
    Michou

    RépondreSupprimer
  3. Merci Cathy , superbe visite avec une documentation exceptionnelle et captivante !! Un grand merci Eliane

    RépondreSupprimer
  4. Bon travail, Cathy.

    Comme François de La Rochefoucauld aurait pu dire:
    Tout se passe à Nice !

    RépondreSupprimer
  5. Fortunately there are people with a vision (and means) preventing beautiful buldings like this one from being destroyed!
    Thank you Cathy for 'blogging' about it.
    Suzette

    RépondreSupprimer
  6. Pour tous ceux que ce sujet intéresse, je recommande le superbe livre de Roberte Dallo, paru récemment aux Editions Gilletta : ART DÉCO, UNE MÉDITERRANÉE HEUREUSE. Voir plus de détails le concernant sur le site des Boomeuses, pour lequel j'ai écrit un billet.
    http://lesboomeuses.com/nice-il-ny-as-pans-bagnats-episode-3/

    Art Déco, une Méditerranée heureuse.
    Texte : Roberte Dallo
    Photographies : Anthony Lanneretonne & Philippe Viglietti
    Éditions Giletta. Relié
    Prix public, 34.90 €

    RépondreSupprimer