En deuil

En deuil

lundi 19 octobre 2015

1965-2015 : CINQUANTENAIRE DU LYCÉE HONORÉ D’ESTIENNE D’ORVES.




Ce fut une magnifique semaine. Une semaine d’hommage, de célébration, je dirais presque de béatification, tant les éloges furent unanimes à l’égard de ce beau lycée, mais en même temps envers celui dont le nom orne son fronton, et dont j’avais déjà parlé ici en son temps.


(Curieux, aujourd'hui, ce E non accentué, qui semble nous enjoindre d’honorer cette première victime héroïque de la Résistance française contre les nazis.
Prémonitoire ?)

En ce qui me concerne, ce fut également une semaine de retrouvailles, et de grande émotion. Retourner ainsi cinq jours d'affilée sur les lieux où l’on a enseigné trente (très heureuses) années n’a rien d’anodin. Mais ce n’est pas là le sujet de ce billet, qui a pour but de retracer les hauts faits de ceux qui vivent au quotidien dans ce lieu privilégié : les équipes éducatives et administratives, et les lycéens.

Je vous confie donc, en toute indiscrétion, ces photos et documents divers, qui vous donneront une idée de l’ampleur et de la qualité du travail fourni en amont par tant d'acteurs du Lycée d’Estienne d’Orves, en me contentant de les commenter de mon mieux, et à ma façon. Pour plus de sérieux, le site du lycée* sera LA référence, que je vous engage à consulter régulièrement.

Le cadre


Panneaux de photos de classe dans le hall d'honneur 
Éclats de nostalgie garantis.
Photo ©Sonia Protzenko


Photo ©J.L+L

Vitrine H. d'Estienne d'Orves
Photo ©JL+L.

Une biographie en anglais, 
réalisée par les élèves de Mme Christine Chabas
Photo ©JL+L.

Un des nombreux panneaux 
installés dans le hall d'honneur. 
Photo ©JL+L. 

 
Pour suivre ses traces, 
jusqu'au plus haut


Rétrospective, non exhaustive ... 


J.1 
La semaine a commencé avec un cross dans le parc d'Estienne d'Orves qui domine le lycée. Ancienne propriété de la famille du même nom, il a été "acquis" par la ville de Nice, et profite à présent à tous les amoureux de la nature et, en l'occurrence, aux sportifs. Ainsi que l'a dit M. Devin, le proviseur du lycée, ce fut comme au théâtre : de la pluie juste avant et, au moment du lever de rideau, le plein soleil. On connaît ma passion (sic) pour le sport, bravo à eux - mais non, je n'y étais pas.  Après tout, le lycée n'a pas été nommé "Pierre de Coubertin", contrairement au vœu de certains à l'époque ! À ce propos, trois panneaux dans le hall d'honneur retracent les hésitations relatives au choix du nom de l'établissement, un parcours illustré que l'on doit aux recherches de Silvia Babucci. 

J.2 
En revanche, le lendemain, j'étais présente, et même conviée, pour parler à une classe de seconde de mon travail d'écriture. Leur attention et les questions si pertinentes qu'ils m'ont posées m'ont filé un sacré coup de nostalgie. Leurs professeurs, Sonia Protzenko et Linda Sixou avaient très bien préparé le terrain. Cette intervention a été suivie par celle de Mme Michelizza, la directrice de la BMVR Louis Nucéra, et ancienne élève du lycée, qui a raconté avec beaucoup de verve ses souvenirs personnels, tout en donnant envie aux jeunes présents de lire, lire, et lire encore. "Autorisez-vous", leur a-t-elle dit, "à fermer un livre s'il vous tombe des mains, mais à condition d'en ouvrir un autre tout de suite après". Saine recommandation, que Didier van Cauwelaert reformulera, sans le savoir, deux jours plus tard. 

Regardez la surprise que M. le Proviseur nous a ensuite réservée : des sweat-shirts et des T-shirts XL, si amples que, chouette, enfin on va enfin pouvoir prendre des kilos sans vergogne, pour les remplir dignement. Quant à l'objet que je tiens dans la main gauche, c'est sûr qu'il va contribuer à encore augmenter le volume de ma tête et de mes chevilles !

Avec Mme Michelizza et M. Devin
Photo © Sonia Protzenko

Et quelle autre surprise pour moi de voir dans une vitrine de cette salle de réunion, le portrait de notre cher ami disparu, Worth Campbell, qui fut à l'origine de l'échange qui perdure entre ce lycée et Falmouth Academy, sur Cape Cod (Mass. USA)


Photo originale de W.Campbell 
©Nicolas Lefebvre

Bravo aussi à Eric Duris, qui a réalisé un reportage* très vivant, illustré par le témoignage de plusieurs anciennes élèves et professeurs du lycée. C'est là un document précieux que les ethnographes ne manqueront pas de scruter lors du bi-centenaire du lycée... Ce jour-là mes anciens collègues Robert Luminet – oui, son frère c'est bien Jean-Pierre – et Alain Biancheri seront sûrement présents pour leur faire admirer les fresques du hall d'honneur et de la cafétéria, car ils sont aussi immortels dans ce lycée que leurs travaux. 

J.3
Dans la salle polyvalente du lycée, nous avons pu assister à la projection du film documentaire de Thierry Paladino "La machina" (2010) : une  promenade à la fois onirique et réaliste à travers le haut-pays, lequel sert de décor à la découverte par un jeune garçon du métier de montreur de marionnettes. Au cours de ce voyage initiatique, le gamin apprend de son maître niçois (et furieusement  nissart) bien des choses sur la vie, l'art, l'humour, la beauté, et les "psycho-pâtes" – comprenez les amateurs de spaghetti !
  
Ambiance...

S'en est suivi un échange entre les élèves et le réalisateur. Et encore un dont le lycée aura favorisé l'épanouissement artistique.   

J4. 
Hélas... j'ai manqué la conférence sur la Résistance  donnée par Bernard Phan, professeur honoraire au Lycée Henri IV. Je le regrette car tous en ont vanté la grande qualité. Par bonheur, je suis ensuite arrivée à temps pour assister à la prestation de Didier van Cauwelaert, ancien élève de notre lycée qui servit de cadre à son roman Vingt ans et des poussières


Les livres de Didier van Cauwelaert figurent tous  
 dans une vitrine située dans le hall d'honneur. 
(Voir à la fin de cet autre billet  d'autres détails le concernant) 

Pour faire court, ce qui nous a touchés à l'occasion de cette rencontre avec les élèves et professeurs du lycée, outre un amour commun pour cet établissement d'exception et la culture qu'il dispense, c'est la passion que met cet écrivain à parler de ses lectures, et du processus créatif. 



Chacun a pu le comprendre, et certains se retrouver, dans ce qu'il a décrit : des idées, certes, il en faut à tout créateur, mais celles-ci naissent de l'observation du quotidien, de la maturation, de sa propre perception du monde et, surtout, du travail fourni pour les mettre en forme. 

J'ai vu les élèves prendre, en l'écoutant, la mesure de l'immense travail nécessaire pour qu'une passion en herbe ne demeure pas une friche. Sans technique, on s'en souvient, un don n'est rien qu'une sale manie... Au boulot, les minots !

À la question classique "combien de temps mettez-vous à écrire un livre ?" la réponse de Didier van Cauwelaert a été fort semblable à la mienne : 20 ans. (Moi, je réponds 60  – étant sans doute plus laborieuse, et surtout bien moins talentueuse ! )

Gentillesse, disponibilité, simplicité et générosité ont présidé à la formidable leçon de vie et d'écriture qui a été donnée ce jour-là aux jeunes, et aux adultes présents. 

Journée prolongée par un cadeau offert par les professeurs et élèves passionnément impliqués dans l'atelier théâtre... 




Didier Van Cauwelaert 
entouré de Claire Bosc (à droite), 
et d'Henriette Ohlund (à gauche),
toutes deux professeurs de lettres,
en compagnie de leurs talentueux jeunes comédiens. 
Photo ©Stéphane Devin

...et achevée par le concert du groupe "Notes de voyage", qui ont littéralement transporté l'auditoire. Regardez le programme, illustré par leurs autographes !



(On l'aura compris, ils sont devenus les chouchous de Gratitude !)





Tout petit reflet de l'ambiance...

(Je ne dis rien ici des agapes royales – pardon, républicaines – concoctées par le chef et les équipes de restauration, sous le contrôle gourmand de Marc Palmaro, "notre" intendant préféré, sinon ce billet va finir par sembler louche.)

J.5


Dépôt de gerbes dans le hall d'honneur

Le temps de la solennité. 
Certains moments vous tirent des larmes. 
Celui-ci en fut un. 
Les membres de l'AMEJDAM, dont je suis, ont l'habitude des cérémonies, des discours et des musiques qui les accompagnent. De même, tout ici se déroula sans la moindre fausse note, et La Marseillaise, comme Nissa la Bella, furent superbement données par la fanfare des pompiers. 

Mais jamais, je crois, jamais, Le Chant des Partisans n'a été aussi bien interprété que ce matin-là par la chorale formée par des élèves du lycée (et de quelques adultes aussi). Un seul et unique mot pour définir cet instant : parfait. 


Photo ©JL+L. 

Témoin silencieux de notre émotion, la frondaison de ce magnifique micocoulier qui, de temps à autre, lâchait une petite feuille – sa larme végétale à lui. 



Pour clore la matinée, la conférence de Mme Rose de Beaufort et de Cyrille d'Estienne d'Orves – fille et petit-fils d'Honoré d'Estienne d'Orves – ne fit que confirmer ce que tous avaient compris au cours de la semaine : les valeurs pour lesquelles tomba Honoré sont celles qui continuent de nous tenir à cœur, et ce lycée (comme tant d'autres) sait les garder vivantes, grâce à la rigueur et à la grande humanité de son proviseur, et de tous ses personnels. 



Les descendants d'Honoré en compagnie
de M. Stéphane Devin, proviseur du lycée, 
qui a su impulser et faire aboutir ce projet. 
Photos ©J.L+L. 

Ainsi que l'a si joliment formulé Rose, si touchante de délicatesse souriante : "Si Honoré nous voit, de là où il est, il est sûrement très heureux !"

De l'art, pour conclure ce billet. 
Quelques images des travaux d'élèves, réalisés sous la direction de deux professeurs d'arts plastiques. 







Sur cette carte de France qui voltige au gré de l'air
les divers lieux qui ont vu passer H. d'E.O






Un extrait illustré du poème d'Aragon


Quelques tableaux d'une exposition...




Variations autour d'un portrait

Travaux d'élèves, réalisés sous la direction
des professeurs d'arts plastiques du lycée, 
et présentés dans la salle d'exposition. 
Photos © Sonia Protzenko


*Cliquez ici pour voir ce reportage sur le site du lycée, ainsi que tous les détails du programme que j'ai pu omettre. 

Les photos dépourvues de © sont à mettre à l'actif de mon i-phone, à peine dirigé par mes soins - émotion oblige. Les erreurs et omissions éventuelles sont à m'imputer entièrement. Merci de m'aider à les corriger, grâce à la fonction "enregistrer un commentaire" de ce blog. 


~~~~~~


Les personnes dont les noms suivent – dans un ordre dénué de logique – ont constitué l'équipe de pilotage de ce projet si abouti. "Gratitude" les remercie tous et toutes, ainsi que les élèves qui se sont impliqués à fond dans cette commémoration :  

Stéphane Devin, proviseur
Sonia Protzenko, professeur d'anglais
Christine Chabas, professeur d'anglais
Bruno Canut, professeur d'anglais
(3 profs d'anglais ? No comments !)
Laurent Bonnery, collaborateur de Marc Palmaro, intendant, (il paraît que le terme actuel, c'est plutôt "gestionnaire", mais sur Gratitude on garde ses habitudes) et surtout pianiste du groupe "Notes de Voyage".  
Claire Bosc, professeur de lettres classiques (et de théâtre)
Luc Berthod, professeur d'EPS (et surtout pas de gym). 
Silvia Babucci, professeur d'italien (responsable des recherches aux archives sur l'historique et le "baptême" du lycée)
Fabienne Martinetti, professeur d'arts plastiques (et peut-être aussi de dessin ?)







Honoré est tombé sans le moindre esprit de vengeance, interdisant
formellement à ses proches de chercher à abattre 
le traître qui l'avait
dénoncé... 
Qu'on se le lise ! 

 





7 commentaires:

  1. Super ! Du beau travail et j'ai eu la surprise de retrouver Mme MICHELEZZA que je connais très bien... Souvenirs ET Merci Cathie de nous avoir conté ces belles journées et ces beaux moments - Bises
    Georgette

    RépondreSupprimer
  2. Georgette, tu sais l'émotion de ces moments, nous en avons vécu une semblable lors de la réunion des anciennes du Lycée Capron. À noter, la nièce d'André Capron en fut la directrice pendant la guerre et elle a aidé à cacher des jeunes filles juives pendant l'occupation. Ceux que cela intéresse peuvent en lire l'histoire sur le site du collège Capron de Cannes, sur le site de l'Académie de Nice. Ou alors s'en faire une idée une idée grâce à Histoires floues :-)

    RépondreSupprimer
  3. Formidable! Il y a eu du bon travail par les enseignants et les étudiants pour cet anniversaire.

    J'aime bien les œuvres de Louis Aragaon et en particulier "La rose et le réséda" (et la chanson interprétée par Juliette Greco).

    Bon anniversaire à tous!

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Merci pour cette article.
    Je suis l'un des élèves qui a chanté la chorale ce jour-là, je vous remercie pour vos compliments, j'ai moi même très apprécié faire parti du projet.
    Afin de garder un souvenir de cette belle cérémonie, je cherche a récupérer l'une des photos qui a été prise avec notre groupe, il est pour l'instant difficile de les trouver puisque je n'ai vu que la votre.
    J'aimerai savoir si il était possible de l'obtenir en grand format (si vous l'avez bien évidemment) ?

    Je vous remercie d'avance.
    Alexis,
    Etudiant BTS du Lycée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alexis : merci du message. Donnez-moi vos coordonnées via ma page publique sur facebook (Cathie Fidler), pour que je vous puisse vous envoyer par mail les photos que j'ai.

      Supprimer
  5. Thanks for this, Cathie. It set me thinking of the man behind the name.

    One day when I must have been fifteen or sixteen, my mother told me that we were going to have as our house guest the orphaned son of a war hero. I have forgotten the boy's first name now, but he was the son of Honoré d'Estienne d'Orves.

    I suppose this must have been arranged through my mother's good friend who had worked for General de Gaulle throughout the war; or, just possibly, through our friend and neighbour, the French Naval Attaché. Beyond that, my memory of the boy is vague. But it was your reminder of his father that set me once again reading about a man who rose above every limitation and died free.

    I've had arguments about the example set by heroes, yet we would do well at this time when the very notions of courage, honour and self-sacrifice seem to have been forgotten, to remember men like Commandant d'Estienne d'Orves who gave their lives for us. And raise our children to remember our debt, valuing the freedom they won for us and striving to secure again the peace with honour that later generations have squandered.

    So we can all be grateful to you and to those who took part in this commemoration.

    Peter

    RépondreSupprimer
  6. Merci Peter, pour cette anecdote très impressionnante. Je la résume en français pour mes lecteurs non anglophones : tu as eu l'occasion à l'âge de 16 ou 17 ans de recevoir chez ta maman le fils orphelin d'un héros de la guerre. Celui-ci n'était autre que le fils d'Honoré. Ceci se produisit parce que ta maman était amie avec quelqu'un qui avait travaillé aux côtés de de Gaulle pendant toute la guerre, ou alors par l'intermédiaire votre voisin, attaché auprès de la Marine française.

    Merci également de ton soutien au travail de mémoire effectué par mes collègues du LEO, et de tes commentaires chaleureux.

    RépondreSupprimer