En vol

En vol

lundi 8 février 2016

UNE NIÇOISE À PARIS

Parfois il est bon de sortir de son enclos et d'aller vérifier ailleurs si l'herbe est plus verte. C'est vrai, quoi, tout ce soleil, cette mer bleue, c'est lassant à la fin ! Un peu de gris, de crachin, de bruine, de pollution, cela ne peut que vous requinquer, non ?

Bref, vous l'aurez compris, Gratitude a fait un petit tour à Paris, pour y réfuter, dès son retour, quelques clichés, à tous les sens du terme.

1) Non, les Parisiens ne sont pas tous des têtes de chiens. Ceux et celles que j'ai croisés ou rencontrés ces derniers jours m'ont paru être d'une courtoisie et d'une affabilité rares. Partout on vous salue gentiment, on vous renseigne, on vous conseille. Enfin, partout où je suis allée, c'est à dire, pas partout, forcément ! 
Mais regardez ce joli sourire, et vous comprendrez mieux mon propos. 

Pour en savoir davantage, lisez mon billet
(à paraître) concernant
"LULU, votre concierge de quartier" 
sur Les Boomeuses.


2) Non, il n'y a pas qu'à Nice que les gens ont des idées. J'en ai trouvé de rares à Paris, et des objets encore plus rares, comme, par exemple, dans une boutique de la rue de Turenne, une vitrine pleine de chaussettes annoncées comme "dépareillées" (comprendre : des-pas-rayées, même si certaines le sont) et vendues par lot de trois. Du coup, j'en ai découvert le site, que je partage avec plaisir. 


(Je n'ai plus qu'à supprimer un chapitre dans 
Le Ménage ? Parlons-en !)

3) Les murs aussi ont des idées, comme celui-ci, qui donne des ailes aux passants : 


Ou celui-là, plus vigoureux, qui a sans doute permis à son auteur de se défouler un peu, tout en posant au piéton qui les regarde les questions essentielles : qui suis-je, où vais-je, et contre qui ? 


4) Pour finir en beauté, sachez qu'il y a une autre allumée que le hareng a inspirée : la créatrice & designer Paola Navone. Elle a conçu pour servir ce poisson une vaisselle superbe, que l'on peut trouver chez Merci, 111 bd Beaumarchais. En voici quelques images – et d'autres à découvrir ensuite ICI





Plus d'informations ici sur
 ce "Depression glass", un verre moulé, fabriqué 
en trois coloris aux USA dans les années 30.



Collection "Herring Bar"
Photo prise sur ce site



Au moment de reprendre le métro en direction de la gare de Lyon, voilà la vitrine qui attire mon regard. On va encore dire que je suis mono-maniaque, et on aura raison !

 Les amateurs avisés reconnaîtront à gauche
les bocaux suédois de la maison Klädesholmen. 


(Zut, maintenant, va falloir se contenter du mimosa...)





1 commentaire:

  1. Génial. Selon Zaz, "Paris sera toujours Paris", même sous un ciel gris !

    Mais, à travers le regard et les pensées d'une niçoise, Paris est encore mieux! In English, could one say "even nicer"?

    Merci!

    RépondreSupprimer