En deuil

En deuil

samedi 27 mai 2017

... ILS SÈMENT À TOUT VENT

Ma passion pour les graminées a déjà été l'objet d'un billet sur ce blog. Et voilà qu'avec le mois de mai, elle se réveille sous l'effet d'un courant d'air, et de la rencontre avec ces pissenlits, dont l'image fugace a été volée tout près de chez moi. 



Il suffit d'un souffle pour les disperser, on le sait, et les moins jeunes se souviennent sûrement de la couverture du Nouveau Petit Larousse illustré qui annonçait : "Je sème à tout vent".  






Le contenu de ce volume impressionnant se devait en effet de semer des graines de connaissances qui, à terme, germeraient et produiraient des esprits savants, et qui sait ? cultivés. Joli défi pour un vulgaire pissenlit. Cette plante, dont la définition de mon édition (rare et très poussiéreuse  de 1947) est la suivante : "Genre de composées qui se mangent en salade ; la racine de pissenlit, torréfiée, fournit la fausse chicorée. Manger les pissenlits par la racine, être enterréSyn. de "DENT DE LION". 
(NB : d'où l'anglais, dandelion)

Par contraste, mon Petit Robert de 2010 précise ses vertus diurétiques, et explique qu'il s'agit d'une "plante herbacée, vivace (composée), à feuilles longues et dentées, à fleurs jaunes, à akènes pourvu d'une aigrette" et, selon le même Robert, si on les mange par la racine, au lieu d'être enterré,  on est mort. 



Ce qui m'amène, avec la logique que l'on me connaît (!) à citer  quelques maximes de mes chers disparus. Elles seront peut-être reconnues par mes proches – et les leurs –, et sûrement utiles à tous :

"Si t'en as envie, ça ne peut pas te faire de mal !" 

"L'amitié, c'est comme une plante, ça se cultive." 

"Nowadays, the minimum can be very special." 
(Ces temps-ci, le minimum peut être ce qui compte le plus.)
"Ah ma petite Cathie, il faut en profiter !"

"Sometimes Life throws a 'curved ball' at you and you have to 'take the bull by the horns' and come out fighting." 
(Parfois la vie vous prend à contre-pied, et il vous faut alors prendre le taureau par les cornes pour gagner le combat.) 

"My banjo and music is such a morale booster, I'll continue playing for as long as possible."
(Mon banjo et la musique me remontent si bien le moral que je continuerai à jouer aussi longtemps que possible.) 




Son banjo, et Takapuna Beach, July 2011. 
Images-cadeaux de mon ami Jack C. Maddox, d'Auckland, NZ. 
17 Septembre 1936 - 24 mai 2017. 
- RIP - 

Leurs mots précieux, tels les aigrettes volages du pissenlit, se sont dispersés au cours de leur existence, pour finir par germer dans le cœur de tous ceux qui les ont aimés. À mon tour, je les sème à tout vent. On sème et on s'aime... 




Aigrette de pissenlit et akène
(définition destinée aux botanistes de mes amis,
qui aimeront peut-être aussi consulter cette page 
très instructive sur la plante en question !)


Joli pissenlit, puisses-tu réconforter les endeuillés qui lisent ce billet. La vue de tes petits parachutes est à elle seule un apaisement pour celui ou celle qui sait regarder. C'est tout le mal que je souhaite aux lecteurs de Gratitude, en cette fin du joli mois de mai. 





Coloriage joyeux d'une autre variété d'aigrettes,  
réalisé par mon ami Jack C. Maddox, de NZ. 


~~~~~~~~


--Si vous faites dérouler jusqu'au bas de la page de ce blog, vous verrez que l'image de clôture a été changée ("Pages sur la plage"). À vous de trouver non pas l'intrus mais l'absent provisoire sur cette photo de famille. 


2 commentaires:

  1. L'été arrive, et, en plus du soleil, tu as des amis.
    Ta gratitude est comble. Je te fais une grosse bise.
    Albert

    RépondreSupprimer
  2. Ben... pour être enterré, vaut mieux être mort !
    Sympa les maximes des amis !
    Bises MM

    RépondreSupprimer