En deuil

En deuil

vendredi 13 mai 2011

AVEC L'AMEJDAM : TOUS MILITANTS DE LA MÉMOIRE





Cela a été un moment fort pour moi de me rendre au Lycée Carnot de Cannes. D’abord parce que j’y ai été élève, en classe de Philosophie, et que je garde un souvenir lumineux de cette année-là. Pas seulement parce que notre professeur, Monsieur Blanche, y fut un phare, nous enseignant, avec humour et fermeté, la tolérance et la curiosité, mais aussi parce que cela s’avéra une année de découvertes, politiques, intellectuelles - sans parler du fait que nous n’étions que dix filles dans une classe de trente-cinq garçons ! No comments !


Et plus tard, bien plus tard, j’y suis souvent retournée, pour y faire passer le bac, avec un brin de nostalgie à chaque fois….

Alors, me retrouver tant d’années après, dans un établissement rénové, encore plus fleuri, dont chaque détail architectural est à présent mis en valeur, ce fut un petit choc personnel, mais mineur au regard de ce qui allait s’y passer.

*******

Bien entendu, ce qui accroche tout de suite le regard ce jour-là, ce sont les panneaux illustrés de photographies d’enfants déportés sans retour. Ils entourent la plaque de marbre sur laquelle sont inscrits les noms de ceux qui, un temps, ont arpenté les galeries de ce splendide lycée, un cartable en cuir sur le dos, la tête pleine de lettres, de mathématiques, de projets et de rêves adolescents – avant ….

Des photos en noir et blanc, prises un jour heureux, insouciant – avant….

En ce jour de mai 2011, on se souvient enfin d’eux formellement.

Il y a eu derrière cette cérémonie les efforts et les recherches des membres de L'Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés des Alpes Maritimes. Il y a eu également l’appui des instances de la Région et de l’Éducation Nationale, cela va de soi, mais surtout le merveilleux travail fourni par les élèves du Lycée Carnot de Cannes, et en particulier par ses jeunes musiciens et apprentis acteurs. Quand on sait la tâche que représente pour des élèves et leurs professeurs la moindre tentative de représentation dans un lycée - les heures de répétition, faites en sus du travail ordinaire et au détriment d’autres activités -, on ne peut qu’en saluer le résultat.

Ceux qui, comme moi, étaient arrivés de bonne heure dans la belle cour du Lycée Carnot ont pu avoir la primeur de la voix magnifique d’Océane. Son Chant des Marais a forcé les conversations à s’interrompre tant il résonnait d’émotion, et ce, avant même l’ouverture de la cérémonie. Il fut ensuite relayé par les voix plus cristallines de Juliette et de Fleur accompagnées par les jeunes musiciens de l’orchestre du lycée, pour donner l’émouvante chanson de JJ Goldman, Comme toi.

Sana et Marie ont transpercé la Nuit et le Brouillard tandis que La petite Juive de Maurice Fanon trouvait un nouveau souffle, grâce à Juliette.

Les discours des adultes s’en sont presque trouvés éclipsés, et je ne m’étendrai pas ici sur les paroles officielles, aussi pertinentes fussent-elles. Merci tout de même à Michèle Merowka, présidente de l’Amejdam, qui trouve toujours les mots justes, ceux qui vont à l’essentiel, et à Roger Wolman pour sa persévérance et son témoignage.

Marie et Benjamin ont eu la voix ferme, le registre parfait pour lire des lettres écrites dans l’urgence par ces jeunes gens partis pour un voyage sans retour. Le silence de l’auditoire était à la mesure de l’émoi que leur lecture a provoquée. Vibrant.

Au fond, c’est cela qui importe : que nous, les plus âgés fassions le travail de fourmi nécessaire à la réalisation de ces plaques à la mémoire des enfants assassinés, mais que ce soient les plus jeunes qui s’en emparent, le fassent passer par la grâce de leur fraîcheur, de leur générosité, de leurs talents et de leur magnifique capacité à vivre, à partager, à aimer.

Grâce à eux, les élèves du lycée Carnot n’oublieront jamais qu’il y a eu des vivants derrière les noms des morts gravés sur cette plaque de marbre blanc.

Que soient remerciés ici tout particulièrement :

Marie Sauze

Océane Champollion

Sana Ferchichi

Juliette Zuccarelli

Fleur Cavelier

Benjamin Joinville

Ainsi que :

M. Barthélemy, professeur de musique ; l’ensemble des élèves des classes musique du lycée Carnot, Mme Claire Guillemaut, professeur, pour leur investissement personnel.

L’événement a été couvert par les étudiants en BTS audio-visuel du lycée. Leur film devrait être visible dans quelque temps. J’en rajouterai ici le lien à ce moment-là.


(En cliquant sur les titres en gras on accède aux paroles / musique / sites)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire