En vol

En vol

jeudi 19 mai 2011

UN BÉBÉ MÉDICAMENT POUR VOIR LA VIE EN ROSE


Il y a des années, je me souviens avoir étudié avec des élèves de terminale un article tiré de Time Magazine qui expliquait comment un couple américain avait conçu un enfant dans le but de sauver leur premier-né, atteint d’une maladie que rien ne pouvait guérir, sauf une greffe bien spécifique. Aucun donneur compatible n’existait, et il fallait utiliser les « cellules souches » contenues dans le cordon ombilical du bébé à naître pour guérir leur autre enfant. J’avais dû rechercher la traduction et le sens de « stem cells », car à l’époque le terme n’apparaissait nulle part.La polémique était intéressante. Les élèves avaient vraiment bien discuté du sujet, mais cela ressemblait un peu à de la science-fiction, ou à quelque chose qui ne pourrait se produire légalement qu’aux USA !

En France, cette question d’éthique médicale n’a été soulevée et débattue que bien plus tard, et le terme « bébé médicament » n’est apparu que très récemment, à ma connaissance, avec des réactions bien plus hostiles à la démarche qu’elles ne l’ont été aux USA. On a parlé d’effet Frankenstein, d’eugénisme, et de la nécessité d’avoir des hommes d’État capables de gérer des questions aussi délicates.

Alors je trouve que l’expression tombe à pic elle aussi, pour qualifier un enfant qui va peut-être sauver sa famille. Sa famille politique s’entend.
Au beau milieu de la tourmente qui nous a aspirés cette semaine, nous sidérant d’abord, mettant ensuite à mal nos certitudes, bouleversant nos a priori, tout en causant un profond désarroi chez nombre d'entre nous, voilà l’annonce faite aux Français d’une naissance à venir chez le couple présidentiel.
On ne va pas crier au complot, ni à la coïncidence miraculeuse, mais il faut bien avouer que la pilule vient à point nommé (si l’on peut ici parler de pilule) pour redonner au peuple une espérance d’avenir plus rose (si l’on peut ici emprunter cette couleur).
En effet, quel plus bel exemple de projection optimiste dans l’avenir que de vouloir mettre au monde un bébé, en cet endroit stratégique de surcroît?
Mais aussi : qui pourra avouer rester insensible au charme d’une si jolie femme enceinte ? Qui ne souhaitera pas le bonheur de cette petite famille recomposée ? Et surtout, qui osera, en 2012, prendre la décision de congédier de leur foyer, un homme, sa femme et leur bébé ? Où donc iraient-ils crécher ensuite ?

Non, franchement, cela ne le ferait pas. On n’est pas des sauvages, quand même !

Alors jouez hautbois, résonnez musettes, oublions le reste, et réjouissons nous de cette bonne nouvelle. Si les media (ou des proches ?) l’ont rendue publique cette semaine, ce n’est pas la faute des futurs parents – qui, eux, revendiquent haut et fort le droit au respect de leur vie privée, laquelle n’a jamais rien eu de tapageur.

Il y en a qui ont vraiment mauvais esprit, vous ne trouvez pas ?

********

PS. Mais si, mais si, j'aime les bébés !

1 commentaire: