En vol

En vol

vendredi 16 novembre 2012

NOUS ET LA CAMÉRA


Un court message, cette semaine, pour un partage de nos premiers émois télévisuels.


Non, pas de chronique aujourd'hui sur ma série favorite (en ce moment, je suis dans un trip Mad Men, attendez  vous donc à un déchaînement de folie dans quelques semaines), ni sur Fifty Shades of Grey (que je n'ai pas lu) ni sur aucun film, ni même sur les 4 heures, si excitantes, passées au téléphone avec Orange pour activer une ligne de téléphone internet – non, c'est juste un brin de plaisir que je nous offre, en faisant voyager un lien. 
Celui-ci vous fera découvrir les joies de la collaboration… artistique, entre mon illustrateur et peintre favori (bricoleur de son état, dixit lui-même) et la scribouillarde que je suis.



Cela en raison de la sortie enfin officielle du roman LE PRÉSENT DU PASSÉ, et de l’exposition de Jacques LEFEBVRE-LINETZKY au lycée Masséna, à Nice, du 19 novembre, jusqu’au 1er décembre.



Ah, j’ai failli oublier, le voici !

Avec un énorme merci à Philippe Maille, qui donne généreusement de son temps et de son énergie pour faire connaître notre travail.

Pour du plus croustillant, patience donc, on ne peut pas être au four et au moulin, derrière l’écran et sur l’écran, sur la toile et en train de s'en faire une. N'est-ce pas, les cinéphiles ?




2 commentaires:

  1. Félicitations à vous deux, Catherine et Jacques.

    Tout d'abord, pour la nouvelle « collaboration » (j'évite le terme « cohabitation » ).

    Deuxièmement, je vous félicite pour permettre à chacun de voir et d'écouter l'interview de Philippe.

    En plus d'un sens du terme:

    Les plus beaux !

    Pensez-y comme .... se lancer dans une expédition!

    Bonne chance à vous deux !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais que dire, dans mon brouillard breton, tenace ce matin (Johnny Hallyday, pris dans la brume à Rennes, a failli se planter avec son avion en bout de piste mais il a su, comme par le passé, retenir la nuit)et pris à mon propre brouillard d'homme pressé et en retard sur tout - et j'espère bien aussi sur ma dernière heure -, mais je félicite Jacques pour ses merveilleux papiers collés et Cathie pour ses propres papiers, retricotés au présent comme au passé, et pour ses terres mêlées.
    Albert B.

    RépondreSupprimer