En deuil

En deuil

mercredi 10 septembre 2014

TÊTE NUE OU TÊTUE ?



Personne ne se demande pourquoi les êtres humains des temps anciens sont toujours (ou presque) représentés avec un couvre-chef d’une variété ou d’une autre, et personne ne s’en offusque jamais.



Réfléchissez un moment, en parcourant la liste des personnalités suivantes, et demandez-vous à quoi elles ressembleraient, tête nue :

Marie de Nazareth ; César ; Vercingétorix ; Napoléon Bonaparte ; Maurice Chevalier ; Jean Moulin ; Humphrey Bogart ; Frank Sinatra ; Charlot ; John Wayne ; Le Père Noël ; Le Chapelier fou ; Gavroche ; Yasser Arafat ; Elizabeth II ; Le commandant Cousteau ; Mère Theresa…

Réponse unanime : À RIEN ! On ne les reconnaîtrait peut-être même pas ! 

Pourtant, si maintenant le chapeau revient parfois sur la scène, et avec élégance, le voile de Marie de Nazareth est plus souvent porté par de jeunes mariées que par des mères de famille, sauf si… suivez mon regard.

Alors, j’ai ma petite explication concernant l'évolution du port, ou du non-port, d’un couvre-chef.
Comme chacun le sait, autrefois, le soleil était bien plus brûlant qu’aujourd’hui, et il fallait s’en préserver à tout prix en se couvrant le front, non de cendres, mais d’une belle pièce de tissu, qui en outre indiquait clairement la classe à laquelle on appartenait. Un peu comme le font certaines montres aujourd’hui, paraît-il.

Idem par grand froid. Sans sa casquette de fourrure, Davy Crockett aurait eu les oreilles gelées, et serait tombé dans l’oubli précocement, pour le plus grand bien des castors. Sans elle, d’ailleurs, il n’est personne.


Et puis, il y avait les perruques. Celle de Louis XIV nous reste en mémoire. Forcément, toutes ces boucles… Elles faisaient le bonheur des chauves, ou des déplumés, en un temps ou la virilité se mesurait au poil. Et, bien entendu, la fortune des perruquiers.
  

Le chapeau a une histoire passionnante et j'ai appris ceci sur ce site :
« Les premiers chapeaux connus reviennent de l’Antiquité, en Égypte, où divers types de coiffures étaient utilisées, mais l’un des antécédents les plus reconnus du chapeau a été le bonnet phrygien, un chapeau d’origine persane qui a été utilisée par les Grecs pour symboliser que tout ce qui le portait était un esclave à qui sa liberté avait été octroyée. »
Gardez donc ceci en mémoire. Chapeau => liberté. Pour les hommes, en tout cas.

Ça, c'est clair et assez évident, en effet. 

Mais venons-en aux dames.


Toutes ces images passées de belles jeunes filles en cheveux… C’est de l’instantané. Botticelli a sûrement saisi le seul moment où sa Vénus avait les cheveux libres, et surtout propres. Car, en un temps où la toilette était un luxe inouï, la chevelure des humains, rarement lavée devait très souvent ressembler au pelage de leurs animaux domestiques. Et en avoir l’odeur. C’est sûrement la raison pour laquelle le même Botticelli a recouvert d’un voile la tête de sa Vénus lors de la Naissance du Printemps. Après l’hiver, il valait peut-être mieux.


Quelle que soit la saison, nulle matrone ne serait sortie sans un chapeau ou un bonnet. Être vue « en cheveux » quel signe de débauche, et quel risque ! Sans parler de celui d’attraper des poux. La Marie-Rose n’a pas toujours existé, mais la gratouille, oui. Il fallait en préserver le sexe faible, et leur faire absolument porter le chapeau.

Pourtant, les femmes ont su détourner le port obligatoire de tout couvre-chef, afin d’en faire un objet de séduction. Y ajouter toutes sortes d’accessoires le rendait plus attrayant, et avec lui le visage de celle qui le portait. Il vous classait sa femme autant, sinon plus, que sa robe. Rappelez-vous Scarlett O’Hara : sans les rubans verts de son chapeau, elle n’est rien que la fille grognon d’un immigré irlandais ! Aller tête nue était presque pire que de monter à cheval sans gants.


Pour en arriver à l'ultime libération, qui consistait à couper ces cheveux, à la garçonne... 

J’en viens enfin au terme de ma démonstration :
Ceux et celles qui, aujourd’hui, s’offusquent du fait que certaines femmes, pour des raisons qui leur sont propres (sic), refusent de montrer leurs tifs au premier-venu (ce qui, entre ces parenthèses, était sûrement le cas de mes lointaines aïeules) ne sont que de vulgaires capitalistes assoiffés de vils profits.

En effet, le fait de cacher sa chevelure permet de limiter le nombre hebdomadaire de shampooings et, par conséquent, risque de nuire gravement aux multinationales qui en vendent. Kaput L’Oréal, et Procter & Gamble. Toute une partie de leurs bénéfices est en jeu. La faillite les guette, et leurs méchants actionnaires avec eux ! L'équilibre de Wall Street ne tient plus qu'à un cheveu !

Donc, si vous êtes ne serait-ce qu'un brin anticapitaliste vous ne pouvez qu’approuver celles qui contribuent à déstabiliser notre univers en usant de moyens aussi efficaces que la révolution permanente. 

A contrario, si vous êtes hostile à tous ces foulards, vous défendez, que vous le vouliez ou non, le système prévalent dans le monde occidental (et chinois). Vu les risques encourus, je ne peux que vous dire : chapeau bas.

Si vous ne m'avez pas suivie c'est, je l’avoue humblement, que tout ceci est complètement tiré par les cheveux. 

Mais je me suis bien amusée et, en plus, aurais écrit n'importe quoi cette semaine pour échapper à la tentation de dire du mal d'une certaine ourse mal peignée. 







3 commentaires:

  1. Merci Catherine. Ta chronique est au poil, et elle est fort instructive. Mais, comme elle est aussi plutôt gaie, elle convient fort bien à mon humeur morose de ces temps-ci.
    Amitiés,
    Maurice

    RépondreSupprimer
  2. j'ai toute une panoplie de galurins, mon épouse me veut coiffé, et l'avantage c'est que la calvitie est cachée. Je me rappelle Arafat à l'ONU, sans son keffieh, le crâne nu, eh bien il avait l'air d'un brave homme. Y'a donc du pour et du contre, bravo Cathie de nous le rappeler, sans te foularder. Mais j'ôte mon chef pour te faire la bise,
    Albert

    RépondreSupprimer
  3. "Chapeau" Catherine pour ta recherche (un peu facile non?)
    et bravo pour la photo "pages sur plage"!
    Amités
    Gene

    RépondreSupprimer