En vol

En vol

mardi 3 juillet 2012

ALINE FIDLER ENFIN SUR INTERNET


"TOUS DES PLOUCS !"



Aujourd’hui je voudrais que vous fassiez la connaissance de ma tante Aline, dont j’ai déjà parlé sur ce blog.
Quel intérêt, me direz-vous, et je vous comprends. Si quelqu’un m’annonçait ainsi un portrait de sa tata, pas sûr que je le lirais jusqu’au bout, sauf, bien entendu s’il s’agissait de celle d’un ou d’une amie proche !
Mais attendez un peu, vous comprendrez que cette tante là, vous allez me l’envier sous peu, et, comme moi, regretter qu’elle ait lâché les pédales de son piano à l’âge avancé de 91 ans, et surtout de ne jamais l’avoir rencontrée.

Tableaux :

Vous êtes au restau (pardon, vous dirait-elle, ça t’écorcherait la bouche de dire restaurant, c’est un gros mot, ou bien tu es trop fatiguée pour parler français comme il faut ?) – et on vous apporte une carafe d’eau. Ma tante Aline fait du charme au garçon, qu’elle trouve très mignon (pardon, « séduisant », « mignon », ça se dit d’un petit enfant, pas d’un beau mec comme celui-là), pour qu’il y rajoute ou enlève des glaçons, selon la saison. Elle lui fait un tel coup de rentre-dedans qu’il craque, et en rapporte deux, pour qu’elle choisisse celle qui lui plaira le plus. Vous mourez de honte, mais vous êtes ravi (e) de boire de l’eau fraîche, mais pas glacée.

Vous l’avisez que vous cherchez un petit appart sur Paris (pardon, vous dirait-elle, tu ne peux pas parler français normalement ? Tu souhaites vivre dans un nuage au-dessus de Paris ? Et tu ne peux pas dire dans un « appartement »? Si les académiciens se donnent tant de mal, ce n’est pas pour qu’on écorche notre belle langue de la sorte !) – et vous désespérez de trouver quoi que ce soit d’abordable.  Ma tante Aline fait le tour de ses relations, passe deux coups de fil (pardon, de téléphone) et en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « agence immobilière » elle vous aura dégoté un studio au-dessus de celui d’un ami à elle, pour un loyer dérisoire, quelques heures de ménage, et plus si affinités. Vous ne savez pas quels sont les termes exacts du bail, mais à cheval donné on ne regarde pas les dents.

Vous avez eu un petit souci d’infidélité avec votre mec (pardon, vous dirait-elle, « un souci » ? C’est quoi ce terme dans ce contexte ? Et tu ne peux pas dire ton jules, comme tout le monde ?) – et vous ne savez pas si vous devez vous excuser platement pour le récupérer. Ma tante Aline en perdra son sens de la bienséance, et vous dira recta : « Quel con celui-là, t’as bien fait de le cocufier, il ne méritait pas mieux, plaque-le donc !» Du coup, vous vous sentez prête à tous les accommodements, et c’est reparti pour un bail de vingt ans de vie amoureuse. (Fiction totale, je vous le promets)

Vous ne supportez plus vos voisins, et vous avez un méga coup de blues ou de déprime (pardon, vous dirait-elle, tu ne peux pas dire la vérité, que tu es un brin contrariée ou affligée par quelque chose ? C’est quoi cette mode de la dépression ?) – vous lui expliquez donc qu’ils passent du rap et de la techno (« qu’est-ce donc ? »), toute la journée et une bonne partie de la nuit, et là, soudain, elle est en osmose avec vous. «Tous des ploucs, aucune éducation, aucun respect d’autrui, aucune culture» et de vous citer Kant, Shakespeare, Schiller, Schopenhauer, Goethe, Rilke, Dante et Tolstoï, dans le désordre, et dans le texte naturellement. (Ma tante Aline parlait parfaitement au moins quatre langues, dont le russe et l’allemand. Le français n’était pas sa langue maternelle, c’est la raison pour laquelle elle le respectait autant.)
Pour vous consoler de vos malheurs, elle se met aussitôt à vous donner du Mozart, elle qui déteste jouer en public, et là, miracle, vous oubliez tous vos tracas.

Car ma chère tante Aline, dont le débit verbal était légendaire dans la famille, avait un don exceptionnel, une fois placée devant un piano (et pas juste celui de se taire à ce moment-là). Un don accompagné de milliers d’heures de travail acharné qui en avaient fait un professeur exceptionnel pour des pianistes professionnels qui venaient lui demander aide et conseils avant un concert.
Malheureusement pour moi, j’habitais un peu loin pour bénéficier souvent de ce calmant si efficace, et sans aucun effet secondaire.



Alors quand il m’arrive, comme cette semaine, d’avoir affaire à des goujats qu’elle n’aurait même pas tenté de séduire (« Tous des ploucs » bis) – je me passe en boucle le CD qu’elle avait enregistré, sur lequel, en effet, elle joue du Chopin et du Schubert – et le monde entier semble s’arrêter de me casser les oreilles. (Elle aurait sans doute utilisé un  terme plus viril si elle avait été dans la même situation : aucune nuance de la langue ne lui était étrangère !)

Aline n’est pas encore sur youtube, mais voilà un des morceaux en question, un nocturne de Chopin, pas mieux joué que par elle !
Je parie que vous me l’enviez à présent, ma tante Aline, qui me manque tant. Mais je suis contente de vous l’avoir prêtée, le temps de cette lecture. Vous en dites quoi ?







11 commentaires:

  1. Merci de nous "prêter" ta précieuse tante. Je vais la partager un peu avec toi ... sur Internet !

    RépondreSupprimer
  2. Très touchant, Cathie. Bravo
    Amities
    Moise

    RépondreSupprimer
  3. Super tata ALINE et j'adore la façon Cathy que tu as de la décrire ... C'est vrai que tante Aline.... on te l'envie !
    Bises
    Georgette

    RépondreSupprimer
  4. absolutely green with envy - and delighted! I could buy one like her any time!

    RépondreSupprimer
  5. Thank you for the comments ! Merci beaucoup de ces retours enthousiastes : je pourrais vous en dire bien davantage, par exemple, sur sa façon unique de draguer les employés de la SNCF (à 75 balais tout de même) pour qu'ils lui transportent ses bagages alors qu'ils ne sont pas porteurs du tout ; sur la manière dont jadis elle conduisait sa 2CV dans Paris sans jamais regarder la route, puisque forcément, elle me parlait. Sur son respect de la manière de se tenir à table, et de croiser ses jolies jambes... Sur le fait que quand on l'abordait pour lui demander un autographe, car on la confondait souvent avec Danielle Darrieux, elle signait le papier sans sourciller - enfin c'est peut-être une légende. Tout comme elle, à présent.

    RépondreSupprimer
  6. Oui ! Bonjour Cathie et merci pour ce blog,
    Que de souvenirs en effet de ta chère tante, qui m'a appris le piano
    Dans les années 76-78 ... La fiat 500 avait du mal parfois à démarrer mais
    Une fois partie ... Une grande dame, je pense à elle à chaque fois que mes mains
    Touchent un clavier .

    RépondreSupprimer
  7. Cher(e) anonyme, je serais ravie d'en savoir davantage sur votre identité cachée ! SVP envoyez moi un autre message à ce sujet, et si vous ne le souhaitez pas, il ne sera pas publié. Merci et à bientôt !

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour! Je tombe par hasard sur ce blog et je m'en réjouis. J'ai connu Aline Fidler du temps où je résidais à Paris (1983-99). Je crois que je l'ai connue par le biais de l'Institut Autrichien. Elle me donnait régulièrement à traduire les annonces de ses master-class en été à la campagne. Je garde un excellent souvenir de cette femme remarquable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais en effet, elle a donné des master classes plusieurs étés en Autriche, au Schloss Weinberg, près de Linz. J'y ai assisté une fois, en 1993 : MAGIQUE. Merci de ce message.

      Supprimer
  9. J'avais 9 ans quand Aline m'a pris sous son aile...pianistiquement parlant. J'en ai 60 maintenant et je ne l'oublierai jamais.Elle m'a insufflé le Beau que je n'avais qu'en brut! Bonjour à ses enfants Marianne et Michel que je n'ai pas vu depuis si longtemps!
    Michel Beziat

    RépondreSupprimer
  10. Merci Michel, de ce beau commentaire, partagé dans la famille. Ayant vue Aline à l'œuvre, je me souviens encore de la manière dont elle encourageait, corrigeait, et aidait ses élèves - qu'elle n'a au fond jamais quittés, vous en êtes la preuve.

    RépondreSupprimer